Bénin/Adresse du chef de l’État à la nation: « J’ai décidé d’accorder la grâce à ceux d’entre eux qui en remplissent les conditions »

0
114
Patrice Talon

En cette veille du 1er août 2019, date de la fête de l’indépendance du Bénin, et sacrifiant à la tradition Républicaine, le président Patrice Talon a adressé son message à la nation. C’est à l’occasion de l’accession du Bénin à la souveraineté internationale.  Une allocution d’à peine dix minutes où le chef de l’Etat Béninois a fait à ses compatriotes, la synthèse des actions que son gouvernement a eu à réaliser, les succès engrangés ainsi les points de difficultés ou d’achoppements relevés. L’un des passages clés de cette adresse à la nation aura été sans doute l’annonce d’une grâce présidentielle.

Par AtaviDjo

« J’ai décidé d’accorder la grâce à ceux d’entre eux qui en remplissent les conditions »

Au plan des réussites, le président Talon se félicite car selon lui, «…nous avons enregistré de bons résultats. Nous pourrions même dire, en toute modestie, que ce sont quelques prouesses, quand on sait d’où nous sommes partis ». Le Chef n’a pas pu éluder certains points d’achoppements et qui n’ont pas manqué de mettre à mal la cohésion nationale. Faisant allusion aux derniers événements pré et post électoraux, le premier magistrat concédera : «…Et quand bien même, dans ce gratifiant vivre ensemble, viennent à survenir des épreuves, nous savons toujours nous retrouver, nous parler et conjuguer nos efforts pour repartir de l’avant, avec encore plus de foi en l’avenir ». Un discours qui tranche quelque peu avec une ligne initialement plus rugueuse de Talon, lors de ses dernières interventions.  Ce 31 juillet 2019, veille de la célébration du 59ème anniversaire de l’accession du Bénin à la souveraineté nationale, le Président Talon a semblé donner des gages de détentes en reconnaissant  avant  tout, que «notre processus de développement a besoin de la conjonction des énergies et des ambitions de tous». En d’autres termes, si toutes les filles et tous les fils de ce pays venaient à boucher de leurs doigts, les trous de la jarre, l’eau ne coulerait. C’est en s’inspirant sans doute de ce symbole de la solidarité agissante que Patrice Talon conclura son adresse à la nation par ceci : «…Le Bénin qui a besoin de toutes ses filles et de tous ses fils, y compris ceux qui, dans leur parcours, ont connu des moments de faiblesse au point d’entrer en conflit avec les lois de la République. Convaincu que l’énergie de ceux-là est aussi nécessaire à notre progrès, j’ai décidé d’accorder la grâce à ceux d’entre eux qui en remplissent les conditions».

INTÉGRALITÉ DU DISCOURS DU CHEF DE L’ÉTAT

Cotonou, le 31 juillet 2019

Béninoises, Béninois,

Chers compatriotes,

La célébration de notre fête nationale, chaque année, nous donne l’occasion de nous souvenir de l’œuvre de tous ceux dont l’idéal, la lutte et les sacrifices ont porté notre quête de liberté et de dignité, puis notre exigence d’indépendance et de développement de la nation béninoise.

Hier comme aujourd’hui, leur souvenir reste vivace dans nos esprits et notre fierté envers eux ne faiblit pas.

En renouvelant ce rituel républicain, nous exaltons les valeurs qui, depuis l’origine, nous caractérisent afin de les perpétuer de génération en génération.

Ces valeurs font de nous, un peuple brave et fier, un peuple travailleur et tolérant dont la mosaïque, loin d’être un handicap, est une richesse vivifiante de notre développement commun.

Et quand bien même, dans ce gratifiant vivre ensemble, viennent à survenir des épreuves, nous savons toujours nous retrouver, nous parler et conjuguer nos efforts pour repartir de l’avant, avec encore plus de foi en l’avenir.

Tel est le ferment qui nourrit notre communauté de destin et nos certitudes de lendemains meilleurs.

Mes chers compatriotes,

Notre processus de développement a besoin de la conjonction des énergies et des ambitions de tous.

Il nécessite que parfois, face à l’âpreté des défis, nous allions plus vite que d’ordinaire.

C’est justement pourquoi, depuis trois ans, après le diagnostic posé sans complaisance, qui nous révèle nos faiblesses structurelles et nous place face à nos urgences, la dynamique que j’ai imprimée à l’action publique veut que nous fassions preuve de beaucoup plus d’efforts et d’ambitions que par le passé.

A cet égard, nous avons enregistré de bons résultats.

Nous pourrions même dire, en toute modestie, que ce sont quelques prouesses, quand on sait d’où nous sommes partis.

Mes chers compatriotes,

N’avons-nous pas fait un certain chemin en ce qui concerne l’électricité, l’eau, la santé, l’éducation, les actes de naissance, la sécurité dans nos contrées et sur nos routes, les routes inter-communales et interrégionales, l’asphaltage en cours dans nos quartiers, les pistes rurales, la production agricole, le football, etc. ?

Ce sont là autant de repères qui témoignent des fruits de plus en plus visibles de nos efforts collectifs.

Chers compatriotes,

Fort de nos avancées dans le domaine de l’identité des personnes et après l’assainissement du secteur de la microfinance, j’ai décidé, avec le Gouvernement, de donner une plus vaste ampleur au programme de micro-crédits aux plus pauvres.

Ainsi, la dotation de 6 milliards de francs CFA, affectée en mars dernier aux micro-crédits aux plus pauvres, sera portée à 10 milliards de francs CFA au titre de cette même année 2019.

Ce même montant sera reconduit chaque année pour le renforcement des fonds de micro-crédits aux plus pauvres, afin d’impacter toujours plus de bénéficiaires.

Dans la même logique, j’ai décidé, avec le Gouvernement, d’instituer un programme spécial d’insertion dans l’emploi.

Ce programme consistera à recruter chaque année, à la charge de l’Etat, 2000 jeunes diplômés à placer dans des entreprises privées ou publiques, sur une période de deux ans, avec l’espoir qu’ils sauront se rendre utiles et efficaces pour se faire recruter à l’issue de la période d’insertion, ou alors qu’ils sauront voler de leurs propres ailes dans l’auto emploi.

Ces initiatives à fort impact social constituent, sans conteste, autant de preuves de la répartition équitable des fruits de la croissance économique qui, elle-même, parce qu’elle est de plus en plus élevée, atteste que notre pays est effectivement entré dans une phase de développement soutenu.

Nous pouvons nous en féliciter.

Mais pour être davantage perçue afin d’impacter plus encore nos conditions de vie, cette dynamique que soulignent et saluent tous les organismes internationaux spécialisés, doit être maintenue et amplifiée.

C’est à cette condition que nous pouvons espérer qu’en entrant dans son troisième âge l’année prochaine, le Bénin aura passé un palier, pour s’inviter durablement dans le cercle des nations qui avancent.

Le Bénin révélé serait ainsi irrémédiablement en marche.

Le Bénin qui a besoin de toutes ses filles et de tous ses fils, y compris ceux qui, dans leur parcours, ont connu des moments de faiblesse au point d’entrer en conflit avec les lois de la République.

Convaincu que l’énergie de ceux-là est aussi nécessaire à notre progrès, j’ai décidé d’accorder la grâce à ceux d’entre eux qui en remplissent les conditions.

Je les invite, par conséquent, à se montrer désormais dignes de cette confiance de la République.

Bonne fête nationale à toutes et à tous !

Vive le Bénin !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici