Économie/Fermeture des frontières terrestres au-delà des 28 jours annoncés:Le Nigeria maintient le blocus

0
428

Au terme des 28 jours de fermeture de ses frontières terrestres avec ses voisins, le Nigéria n’entend pas s’arrêter de sitôt. Intervenant lundi en présence de la presse, le général Babagana Monguno, conseiller général pour la sécurité nationale (NSA), a déclaré sans ambages que le gouvernement fédéral avait donc décidé de maintenir le blocus partiel des frontières du pays, bien au-delà des 28 jours initialement retenus et ce, depuis le 20 août 2019. Une situation bien malaisée pour les pays voisins concernés mais beaucoup plus pour le Bénin dont les échanges commerciaux formels à partir du cordon douanier avec le Nigéria et qui gravitaient naguère autour de 70%, sont désormais en chute libre.

Intervenant Lundi face à des journalistes à Lagos, Babagana Monguno, le conseiller général à la sécurité, a laissé entendre que la fermeture partielle des frontières entre le Nigéria et la République du Bénin avait donné d’intéressants résultats, citant notamment l’arrestation d’une centaine de migrants clandestins, la saisie des armes illégales et d’importantes quantités de sacs de riz importé.

Selon ce haut responsable de la sécurité du gouvernement fédéral, la principale raison qui a conduit le Nigéria à fermer ses frontières était lié à l’insécurité transfrontalière, et qu’il incombait au gouvernement de protéger ses citoyens et de sécuriser ses frontières internationales.

«La plupart des criminels ne sont pas commis par les citoyens nigérians. Ils entrent et sortent à volonté parce que nos frontières sont si poreuses. Ils viennent et font des ravages et disparaissent». Ainsi s’exprimait le Contrôleur général des douanes nigérianes, abordant toujours ce dossier devant le personnel des douanes et des dirigeants communautaires de la ville frontalière de Maigatari, (ville reliant le Nigéria et la République du Niger). Les autorités nigérianes indexent l’intrusion de «malfaiteurs qui s’introduisent, font des ravages et disparaissent».

Bagana Monguno, conseiller général à la sécurité

Quant à Hammed Ali, le Contrôleur général des douanes, avait déclaré que les frontières du Nigéria resteraient fermées jusqu’à ce que ses voisins respectent la politique du Nigeria en matière d’interdiction de denrées alimentaires et d’autres importations de produits de contrebande.

« C’est la raison pour laquelle le président a demandé que nous poursuivions cet exercice afin de nous assurer de mettre en place une procédure adéquate pour les entrées et les sorties de personnes».
« Nous devons également amener nos voisins à s’entendre avec nous sur les protocoles des itinéraires de transit », a déclaré Ali.
Selon lui, le Nigeria a suffisamment de nourriture et est prêt à tout faire pour que ses frontières ne soient plus poreuses.

Dans le même ordre d’idées, le contrôleur général du service de l’immigration, Muhammad Babandede, a déclaré que la directive du gouvernement fédéral était importante pour garantir que les personnes n’entrent pas au Nigeria ni ne quittent le Nigeria par des moyens illégaux.
« Une frontière est un endroit où il y a des services d’immigration et de douane. Si vous voulez entrer au Nigeria, il y a une frontière. La règle est que vous passez la frontière. Si vous passez par la frontière, emportez vos documents avec vous , » il a-t-il averti.

Dans une interview avec des journalistes, le contrôleur des douanes a également expliqué que la fermeture de la frontière avait donné des résultats positifs et qu’elle resterait fermée jusqu’à ce que les pays voisins coopèrent avec le gouvernement nigérian.
Le Nigéria a fermé ses frontières avec les pays voisins, notamment la République du Bénin et le Niger, pendant environ un mois.

Atavi Djo

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici