Passage du Bénin à la catégorie de «pays à revenu intermédiaire»/Le Pays «progresse», le peuple régresse

0
190

«Rebasage». Le terme en lui-même parait rugueux, grincheux. Pourtant, il existe bel et bien. Et depuis des lustres. Les économistes sous les tropiques en sont particulièrement friands. Rebasage voudrait désigner la requalification de certains agrégats à l’aune desquels les spécialistes mesurent les performances économiques réalisées par un pays à un moment donné. Ainsi, sur la base du «rebasage», les institutions de Breton Woods ont estimé que le régime de la rupture a fait un bond qualitatif au plan économique depuis l’avènement de Patrice Talon au palais de la Marina. Conséquence, depuis le 1er juillet 2020, le Bénin passe d’un pays à revenu faible à un pays à revenu intermédiaire. Et ça, c’est une prouesse inédite en ce temps de propagation accélérée de la covid-19 et surtout avec la fermeture des frontières de notre géant voisin de l’Est. Et malgré cette conjoncture défavorable à maints égards, le Bénin de la rupture devient un «pays à revenu intermédiaire». En français facile, ceci signifie que les Béninois sont devenus plus riches. Puisque le revenu brut national -RBN- aurait connu une augmentation.

Sous d’autres cieux, en Europe par exemple, dès que le RBN augmente sensiblement, ici c’est considérablement au tiers du volume initial, la 1ère conséquence est le relèvement du salaire minimum, lequel relèvement induit la poussée de toute la grille indiciaire vers le haut. Le RBN étant perçu comme l’indice le plus efficace et le plus probant ressenti sur la consommation. Curieusement, il n’en est rien au Bénin. Des économistes estiment que le Bénin est rentré dans cette catégorie de revenu intermédiaire par effraction avec des conséquences inexistantes sur les ménages et la consommation. En effet, le chef de l’Etat, malgré l’embellie économique- si tout ceci était vrai- n’a encore jamais demandé à ses compatriotes de desserrer les fameuses ceintures, alors sévèrement serrées. Du coup, nombreux sont nos compatriotes qui marquent leur scepticisme par rapport à cette nouvelle donne économique. Oui, les Béninois peinent à croire à une telle performance qui laisse toujours des traces dans le panier de la ménagère. Quelles que soient les diverses théories développées à effet de soutenir la thèse, la mayonnaise a du mal à prendre. A cet effet, nous vous proposons le communiqué enthousiaste du gouvernement; de son chef sur la plateforme officielle des réseaux sociaux. De même, l’opinion experte de Constant Sinzogan et les commentaires inévitables de certains de nos compatriotes sur le sujet.

La Rédaction

Message du chef du gouvernement. Monsieur Patrice TALON relatif au passage du Bénin de la catégorie des «pays à revenu faible» à la catégorie de «pays à revenu intermédiaire» pour la première fois de son histoire. Ce résultat élogieux fait suite à l’ augmentation du revenu national brut par habitant au Bénin qui est passé de 870 dollars US à 1250 dollars US grâce entre autre, à l’ensemble des réformes opérées depuis 2016 par le gouvernement du Bénin sous l’impulsion du président Patrice TALON.

Les béninois réagissent /sur la page du gouvernement /

Pierre Da : Quand j’imagine que le jour de mon anniversaire j’ai pris du piment avec oignon nigérien et c’est le voisin qui m’a donné du sel avant que je ne puisse prendre une poignée de pâte de maïs manbi-manbi faute de gaz! Pendant ce temps mon pays est sortie de la pauvreté pour l’intermédiaire. Waiiiiii quand ma grand mère me disait la cravate et les vestes sont pour les enfants dont le signe astrologique est mouton et perroquet je croyais sincèrement que la vielle delirait. Merci grand mère. Et bien le Bénin a évolué et le béninois est où dans tout ça? / Bill Agbodossindji : Nous savons de tous que ces chiffres ne reflètent rien de la réalité des pays, encore moins du quotidien des citoyens. C’est juste un moyen, une stratégie, une manière d’encourager les pays plongés dans l’endettement. C’est décevant de voir ce régime en occurrence le président de la République Patrice Talon dans ce jeu de flatterie internationale. / Félix Agossou Nous saluons ce succès. Ce n’est pas facile. C’est en cela que j’ai fini par reconnaître la grandeur et le savoir-faire de la Rupture. Ce que j’attends encore est déjà dans le communiqué : rehausser la capacité du Bénin à attirer les investissements nécessaires à l’amélioration des conditions de vie des Béninois. Je suis content. / Jaden Anuoluwa Insuffisance et Limite de cet agrégat: l ne fait que décrire les relations comptables qui lient les différents agents économiques. Il n’explique pas les mécanismes qui président ces relations. De plus, la collecte statistique à la base de ces calculs reste imprécise.

Il ne caractérise pas les inégalités sociales et est présenté sous forme de totaux ou de moyenne.C’est vrai que c’est la première fois mais ce n’est pas un exploit.

Félicitations quand même… / Zion M. Medjigbodo Félicitations au gouvernement et surtout au secteur privé. Néanmoins, le revenu national brut n’est plus un indicateur pertinent pour apprécier véritablement les efforts de développement engagés dans nos pays. Ceux qui sont étonnés et n’arrivent pas … / Henrick Hounsou Énormités !!!

C’est quoi ces genres de chiffres? C’est difficilement les familles du Bénin surtout les plus modestes arrivent à prendre deux repas par jour depuis quasiment 5ans et on vient nous sortir à chaque fois des âneries pareilles? On en a marre, ce gouvernement doit démissionner pour ne pas manger la honte en 2021. Le peuple a faim. J’en ai terminé…Et surtout à bas votre code sur le numérique.Salem Takpara : Vraiment du Courage au gouvernement au chef de l’ état aux opérateurs économiques puis à tous ceux qui participent à la viabilité de notre économie. Persévérance à tous. Gloire à Dieu pour image de notre nation qui change. Et que bénisse puis veille sur sa nation le Bénin au nom du Christ-Jésus. Koss Freeman Je regrette mon incapacité à apprécier à sa juste valeur cette prouesse si prouesse il y avait car je n’ai pas trop de notions en économie et en gestion. Cependant, toute bonne prouesse économique dans un pays se constate indubitablement sur le terrain à travers ses impacts sur les citoyens. Mon seul commentaire serait superflu si plus d’un n’avaient pas emprunté la même direction que moi dans leurs analyses. Chers gouvernants nous vous aimons bien mais nous voulons que tous profitions de vos prouesses économiques. Assamadou Daba : Koss Freeman on ne demande pas mieux que ça. Christyl Christfan : Il ne sera pas décrété un salaire brute à tout citoyen béninois. Ce sont des étapes qui exigent bien plus que 5 ans.

Christyl Christfan Le gouvernement n’est pas celui qui ameliore les conditions mais celui qui balise le terrain pour des invertisseurs. Koss Freeman Christyl Christfan je n’ai jamais demandé une telle chose à L’ÉTAT. Je vous prie de relire sans état d’âme et avec beaucoup de sagesse mon commentaire. Merci. Noël Adanmianhounon Je crois que depuis 2016 notre pays a amorcé une nouvelle aventure et quittera définitivement dans ce jeu de flatterie internationale. Je suis vraiment désolé et je me demande quant est ce que ces gens vont cesser de mystifier le peuple. Fréjus Sehlouan Augmentation du revenu national brut par habitant ? Sérieux ? Il s’agit de quels habitants ? Nous savons, qu’il y a eu amélioration des salaires politiques. Est-ce cette catégorie qui a constitué l’échantillon ? Le cas échéant, ça peut se comprendre. Mais pour le reste de la population, dont moi-même, la situation économique est en berne. C’est un euphémisme, pour ne pas dire que la situation est dramatique. Zoungrana Louckmane : Sérieux, on vous soutiens, mais pardonnez mensonge là est trop. Des choses sont faites depuis 2016, reconnaissions le, surtout dans la transparence de la gestion du bien public. Maintenant, l’écart reste toujours abyssal entre le panier de la ménagère et le politicien qui perçoit 16millions de nos francs. Arsaine Roko Grâce aux fiches et documents arrangés. Que l’équipe de la banque mondiale fasse une enquête sur le terrain pour voir la réalité des choses. Je ne pense pas que la population se retrouve dans ce résultat là. Alexis Atan Ah c’est une bonne nouvelle pour le peuple béninois. Le reste est de renforcer encore les mesures sociales pour une amélioration des conditions existentielles des populations. Gaston Samson Ceci devrait énerver tous les Béninois. Ce classement négocié et octroyé fait objet d’être évoqué ou invoqué pour assurer un droit pérenne à l’endettement, pour mieux nous asseoir dans la pauvreté et le sous-développement. Car à vrai et juste dire quelle différence logique entre revenu faible ou revenu intermédiaire si toutes les deux notions ne vous font pas émerger des PPTE (pays pauvres très endettés). Je ne pense pas gentil de claironner aux béninois, avec les crises multiformes que nous subissons!: ‘Ecoutez nous sommes passés locataires d’un 2 pièces à locataires d’un 3 pièces, avec un 4 pièces optionnel’. Et de pousser la méchanceté à vouloir nous entendre applaudir pour signifier que c’est élogieux. Mais NON. Trop de choses en jachère dont l’accompagnement judicieux et l’accomplissement donneraient meilleure respiration à notre économie sans avoir besoin d’éloges particuliers ou de réformes retardatrices: emploi – énergie – agriculture – éducation – contrôle des prix. Qu’on mette ceci en parallèle avec les conditions d’imposition des NPE à nos pays sur fond de modernisme et/ou de mondialisation. Malgré ce qu’il nous en coûte, on tire la langue à vouloir obtenir le meilleur pour nous. (PS: Votre indulgence pour non relecture). Anselme Gómez Koumondji C’est une bonne nouvelle à apprécier mais nous voulons voir la réalité sur le terrain. Jéconias Adjatogbedji C’est seulement ceux qui sont en haut qui ressentent que ça va de mieux en mieux. Nous qui sommes en bas, c’est faim, la galère, la pauvreté et les endettements à grande échelle qui se multiplient dans nos rangs…Et ça a toujours été ainsi. Bref je ne veux pas trop parler. J’ai déjà assez de problèmes pour chercher à en rajouter. Et tant que les dirigeants ne feront pas des efforts réels pour changer les choses, je n’aurai jamais confiance en eux.

#tropcesttrop. Franck Houhatode La réalité semble nous montrer autre chose tenez pour exemple les dockers au port, ça bientôt un mois que le trafic a cessé et pourtant on nous dit que le revenu national brut par habitant est passé de 870$ à 1250$. Parlons nous du même Bénin, où le personnel occasionnel est maintenu dans une précarité qui ne dit pas son nom, ces braves hommes sont incapables de réunir le SMIG et vous parlez de réformes. Je prie le gouvernement et à tête le président Talon de revoir la situation des dockers de la SOBEMAP. Elvys Dayan : C’est qu’en même ahurissant de mentir ainsi à la face du monde. Le Smig n’a pas augmenté d’un centime en 4ans et on dit que les béninois sont devenus plus riches. Ou bien ceux qui gagnent le smig ne sont pas des béninois ? Ceux qui ont vu leurs milliards s’accroître de façon exponentielle en 4 ans se connaissent entre eux mais certainement pas les béninois qui vivent de plus en plus dans la précarité avec des licenciements collectifs jamais connus depuis l’ère démocratique. Nassirou Laleye : Est-ce une façon de vous encourager à plus de prêts sur le marché des emprunts obligataire..? Ou bien asphaltage à aussi pris par là…? Nous mangeons difficilement 2 repas par jour et voilà qu’on nous sort encore une histoire de revenu intermédiaire. On ne comprend plus rien. Moti Moti : Ce n’est pas vraiment quelque chose d’extraordinaire. Depuis l’arrivée du régime actuel, le monde entier constate une nette amélioration dans la gestion publique et lutte contre la corruption. Les recettes étatiques sont évoluer et le cadre de vie aussi pareil,du coup le bénin ne peut qu’avoir des bonnes notes. Regis Behanzin Bravo : Prochain objectif Pays Émergent. Beaucoup de personnes ne vont pas comprendre cette statistique, il faut que toutes les séries et filières se font enseigner l’économie générale. Olaoumi Mathias Eye : Franchement, suivre cette vidéo de 3min est mieux. Pipo, allons.  Ghislain Agbota Kakpo : Svp soyons un peu pragmatique, n’insulter pas la mémoire de nos ancêtres. Fidele Adanho : Qui anime cette page, on dirait qu’il ne maîtrise pas les concepts économiques et leurs impacts, un pays dans le lequel les 2/3 des salariés sont payés plus ou moins au SMIG ne peut être classé dans la catégorie des pays à revenus intermédiaires, ou bien ils ont tenu compte des revenus des ministres et leur collaborateurs ? Arnaud Assongba Honnêtement pour une fois je crois qu’on est pas dans le meme pays. Ne venez pas gatez a coup de faux sondage le bon mandat du président de la république. Allez rencontrer le vrai peuple on vous parlera que 1200 quoi ??? Marius Souyogoto Guedou : Cela veut donc dire qu’il y a certains dans ce pays qui prennent revenu de 1000 personnes pour eux seuls. Séro Crépin Kora : C’est quand même triste de constater que nous nous disons instruit et qu’on manque de réflection. La politique se moque bien de notre intelligence et nos dirigeants s’en servent allègrement.

Comment se calcule ces chiffres à votre avis ? 1250 dollars par habitant, Ça ressemble à quoi si se n’est pas pure moquerie. Puffff Blaise Pascal Gougbe : Même ma mère analphabète ne vous croira pas. Vous vous tromper vous même et personne d’autre.Les élections sont là et nous savons qu’après vous c’est vous donc…occuper vous d’asphaltage et donner nous à manger. Nous on a faim Donald Akpatcho : Vous passez de catégorie pays à revenu faible pour la catégorie pays à revenu intermédiaire. Cela a t-il impacté positivement sur le plan social? L’image économique du pays doit pas prévaloir sur la suivie de la population. #Midayihomin. Elion Detoss Envoyez les subventions aux écoles, payez les mamans qui préparent à nos petits enfants dans les écoles, les bourses aux étudiants, les arriérés des agents de l’État, les différents primes des policiers et ceux de la santé. Assamadou Daba : Ils ont considéré le niveau de vie des membres du gouvernement comme critère, rien ne me surprend moi. Quand à la population nous sommes passés de la pauvreté à la misère. Kabwe Arc En Ciel : Le peuple a faim, vous êtes là a nous présenter des chiffres bidons…L’argent ne circule même plus … Mehul Sergio : Payez les arriérées de salaire qui s’entassent. Ce serait mieux pour faire circuler de l’argent dans le pays. Ça ne va pas à l’intérieur. Rocky Sognon : Ces institutions corrompues là on les connait héin ! Le peuple lamente.

Breezy Gildo’s Malgré cela le pays est comme ça. À qui profite cette augmentation ?

La croissance inclusive est le fruit du développement. Åmìtøs Sotima Boko Vos populations dorment en famé et vous parler d’économie vous êtes drôles.  

Xavier Savi : Un pays qui enrichit ses politiques et hommes d’affaires au détriment de la populace est au bord de l’implosion. Pensez y. Juvenal Danhouegnon : Normalement, ces chiffres doivent refléter la réalité. Mais, c’est tout le contraire. Comment voulez-vous que la population vous croit avec ça ? Equirodi MoonDsoon Je commence par avoir des doutes sur le caractère officiel de cette page. Rien de ce qui s’y publie ne décrit la réalité de notre cher pays ! Aristide Fabrice Dödo : Selon le gouvernement beninois sinon le peuple béninois n est pas concerné. Bon, allons laver nos mains c est mieux ainsi. Ponna Ponna : Que de la poudre à l’œil. On connaît tous la réalité. Moïse Elvis Olaossi : Est ce que les agents de la Banque Mondiale sont descendus sur le terrain pour faire une enquête. Paul N’tcha : Que les économistes du gouvernement nous explique comment se fait-il que cette santé économique tant prôné ne se constate pas réellement dans le panier de la ménagère ? Alexis Aguia : Svp il y a un autre pays Bénin ou bien on parle du Bénin dans lequel je vis? Law Reik Franck : Franchement..entre nous..pardon diminuez un peu… ce mensonge est trop gros. Florent Okey : Mr le ministre ce revenu ne se sent pas dans nos assiettes inh ou c’est de la magie. Jean Paul Houeto : Vraiment on dirait que je ne suis pas au Bénin. MonsieurFall Foltus : Pourtant nos ceintures sont encore serrées…Léonce : C’est maintenant je comprends que ces chiffres ne sont que leurres ! Lino Palmer : Pourtant rien ne se remarque au niveau des populations car (chaque jour rien ne marche plus comme avant) c’est généralement ce qu’on entend. Valor Agbaffa : En tout cas, Félicitations. Ceci améliore l’image du pays. Moïse Elvis Olaossi : On dirait qu’il y a deux bénin. Le Bénin des nombres, des statisticiens, des chiffres et le Bénin des hommes vivants. Akel Boro : Moi j’aimerais savoir d’abord sur quoi elle (BM) se base pour sortir une telle déclaration ? C’est une simple question. Si tu ne peux pas m’éclairer passe. Sègbegnon Aviti Aholou : Félicitations au gouvernement qui devra maintenant réajuster en conséquence le taux d’indice salarial ! Nicodème Tokpessi : Revenu par habitant là va où ? J’ai pas reçu pour moi inh…lol. Félicitations à l’équipe dirigeante.

Sonday Hounnouvi : Merci le president pour votre gestion pour le pays. Amoussou Romain : Lassou Dandjo Que Dieu dans sa miséricorde pardonne ce ministre. Allez dans les ménages passés 72 heures. Nicolas Hountondji : On parle du même BÉNIN ?? Geoffroy Akotègnon C’est une bonne nouvelle pour nous tous maintenant desserrés nous un peu. Christian Mahoutin Tchoki : Combien de Béninois disposent de ce revenu là ? Soyons sérieux hein. Djlove Ulrich Venard : Mr le ministre votre sondage la pardon dit moi sais dans quel quartier vous aviez fait ça pour généraliser apkapka ou haïr vive si non. Ouzérou Sidibe Moussa : Et les campagnes ont déjà commencé…

Christian Sadjra : Ces chiffres ne reflètent rien du cotidien des béninois, le peuple a faim mon président. Seth Kanta : Des mots ,encore des mots !! N’po Dele Ibekou : Donc augmenter le SMIC des travailleurs cela fait partie du social 40000 salaire de base c’est désolant pour un travailleur. Champion Aub : C’est au Bénin ou il y a un Bénin ailleurs. Akobaaaa. Franck Morêl Assogba : chapeau au gouvernement.

Mø Đəričķ : Les v… après avoirs tout mangers c’est ce qui reste ? Vous êtes obligez de nous fait part du peux ou bien merci hein . Ousmane Ibn : Adam Rien que de la théorie

Thierry Gbeffe : Ah bon, donc vous me dites ce que j’ai pas dàns ma poche????…ou bien je me trompes….hey les amis, Calavi c’est dans Bénin ????si non j’ai jamais 870 dollars…waoh en plus c’est dollars..mm pas le franc du colonisateur. Sèlônou Germain Zodo : Cessez de vous moquer du peuple. Ousmane Ibn Adam : La réalité c’est autre chose. Codjo Honoré Lakpome : Le Bénin étonnera toujours.Jeremie Glorieux : De n’importe quoi. Landry Assogba : Félicitations et du courage. Mais je suis en chômage.

Guillaume Ahouangonou : Faites vos propres recherches avant de prendre position.

Gasthon Kolawolé Kounnouho Saï Tout ce que Dieu fait est bon. Constantin Constantin Vraiment je sais plus lire inh et je vois vlim- vlim.c’est ce que je lire que vous lisez aussi ,’’?? Anhan je comprend rien … Alfred Odjo : Vous là, vs n’êtes pas fatigué de mentir à longueur de journée ??? Faire de la manipulation pour faire croire à l’opinion vos boniments mégalomane ne servira à rien ! Be Humble « C’est de la poudre de perlimpinpin ! ». Armel Esdras Mintoho : Si seulement le ridicule tuais…Sebastien Oscar Agbokan : Vive talon 10 ans. Espoir Gisèle : Lol, vendeurs d’illusions que vous êtes. Sylver Akpo : un groupe folklorique et non un gouvernement mon cache nez est où même? Rodriguez Mededa : Maintenons Le Cap , Le Meilleur Reste À Venir. Isidore Eric Tinigo : Quelle idiotie de la part du gouvernement…? Tchruuuuuuuu,en tout cas Dieu veille. Lionel Thoto : On veut la pratique. Carelle Benie Nandjo : Même le Pr sait que c’est du mensonge. Augustin Fandy : Un vrai gouvernement ventilateur,rien que du pipo. L’enfant Bénit Marco : Allons-y seulement. Joel Dohou : Des incantations

Joseph Doko : Huum qui a fait le décompte par habitant ? héhéjé thaaahoo politikiéé

Sebastian Allodo : Nous on veut la pratique. Djabi Ducoin : Ah , c’est Bénin Bénin ou autre Bénin ? Laures Djakpo : Du vrai mensonge d’Etat ! Discussion Instantanée : Franchement moi j’attends mieux venant de vous. Cellule Josaphate Shadda : ils ont encore parlé hein. Pourtant.. Steeve Gango : Je préfère en rire.  Théophile Tegbe : J’ai finalement compris que notre Président et son gouvernement se moquent pas mal de la population. Ma seule question est de savoir pourquoi ils sont là ? N’est-ce pas pour le peuple ? Si oui, pourquoi faire souffrir autant ce dernier ?… La sélection est sur Les plus pertinents, certaines réponses ont donc peut-être été filtrées. Sebastien Oscar Agbokan :Théophile Tegbe, démontrez moi comment la population souffre ?

Ghislain Agbota Kakpo : Sebastien Oscar Agbokan tu vis au Bénin ? Théophile Tegbe Sebastien : Oscar Agbokan mon frère vous êtes au pays j’espère. Théophile Tegbe : Je ne suis mathématicien pour commencer une quelconque démonstration. Mais ne voyez-vous pas le nombre de licenciement dans le pays ? Le nombre de société qui ferment leur pote? Sebastien Oscar Agbokan : tu as 1250$ sur toi actuellement ? Tu ressembles même pas à deux gari et sucre. Ebenezer Omo Ola Houngue : Les indicateurs de la banque mondial là vous êtes sur que les notres leurs ont donner les vrais chiffres car moi je veux savoir c’est sur quelle base ils ont eu le taux de l’inflation je veux des gens mur pour me répondre svp. Silvere Degbessou : C’est vrai que les fainéants souffrent. Silvere Degbessou : Par le passé , l’égrenage du coton couvrait à peine 3 mois. Aujourd’hui, les usines tournent 24h/24 pendant au moins 6 mois. Les fainéants bavardent ! Théophile Tegbe : Silvere Degbessou je disais exactement la même chose parce que j’étais épargné par les réformes. Laisse moi te dire que je ne suis pas fainéant et je ne quémande rien dans ma vie. Mais il faut voir la réalité en face.Dis moi stp, les employés de la S…Silvere Degbessou : La société a disparue parce que les employés ont failli. Comment comprendre que au même moment où l’essence frelatée mène une concurrence déloyale à la Sonacop, les agents se permettent d’échanger les bons d’essence contre 20%. Du coup, le peu de recettes est disparaît. Silvere Degbessou : Par ailleurs, l’État n’est pas un commerçant. Théophile Tegbe : Silvere Degbessou je comprends et je connais ce phénomène, qui a émis les bons? Et où seront-ils utilisés ? Silvere Degbessou : Les bons contre le carburant , oui! Mais contre l’argent, la Sonacop disparaît. Théophile Tegbe : Silvere Degbessou je suis d’accord mais si l’émetteur était conscient le problème ne serait pas posé. Il suffisait simplement de reprendre les bons de la SONACOP contre remboursement. Au cas contraire, s’il n’est sent pas capable de rembourser, qu’il n’émette plus. La faute n’est pas aux employés de la SONACOP mais à l’émetteur qui n’est autre que l’État. Sebastien Oscar Agbokan : Ennemis du développement…vous êtes maudits… Vive Talon. Silvere Degbessou : Théophile Tegbe ! Lorsque les stocks font des années par cette pratique, l’entreprise va vivre de quoi? Soyons honnêtes. La sélection est sur Les plus pertinents, certaines réponses ont donc peut-être été filtrées. Akimbi Samon : Moi je ne perd pas mon temps à lire ces conneries là. Trésor Le Précieux : Nous pouvons mieux faire…Poursuivons les efforts….Les ignorants qui se croient plus compétent et plus expert que la banque mondiale et le FMI qui font chaque année un travail basé sur des données précises peuvent continuer en s’en moquer…Charlemagne Bokossa Hummm? Bidossessi Rodrigue Zinhouin…eh! Tant’aimé Daniel Hoo Aboudou Raimi Abibou Que Dieu facilite. Mahoulé Intégral Togbossou Cool Dave Domon Félicitations. Edgar Alohouénou Étè !!! Smyth Kayode : hummm?

Arrêtez le massacre

Par Constant Sinzogan

Depuis le 1er juillet 2020, le Bénin passe d’un pays à revenu faible à un pays à revenu intermédiaire de tranche inférieure selon un classement de la Banque Mondiale.

De quoi s’agit-il concrètement : il s’agit de l’augmentation significative du revenu brut national (RBN) avec pour conséquence l’évolution du revenu brut par habitant qui était de 870 dollars à 1250 dollars.

Ce qui voudrait dire que chaque béninois, le petit bébé dans son berceau à l’Homel à Cotonou, le vieux cultivateur à Boukoumbé en passant par la vendeuse de sel du marché de Dassa, gagne chacun EN MOYENNE, d’une manière ou d’une autre, 750.000 fcfa dans une année contre 435.000 fcfa avant. Ainsi donc sous la Présidence Talon le béninois a vu son revenu augmenté de 315.000 fcfa en moyenne. Avec la Rupture, le béninois aurait donc fait un gain de 315.000 f dans une année selon la Banque Mondiale. Mais, puisqu’ il y a un «mais», l’institution de Bretton Woods a mentionné une remarque très importante en bas de son rapport et cela vaut son pesant d’or dans l’appréciation de ce classement. La Banque Mondiale a en effet indiqué que : « À propos du Bénin et de la Tanzanie, les révisions des comptes nationaux ont joué un rôle important dans l’actualisation à la hausse de leurs revenus».

Cela veut dire quoi ?

Cela veut dire que la Banque Mondiale n’a pas vu par elle-même une évolution notable de la richesse nationale de ces pays, le Bénin et la Tanzanie pour en déduire l’évolution de leur revenu brut par habitant. Mais ce sont le Bénin et la Tanzanie eux-mêmes qui ont indiqué à la Banque que les calculs des comptes qui les concernaient étaient faux et qu’il fallait en ce qui les concerne les affiner en tenant compte d’autres paramètres tout en laissant d’autres.

En d’autres termes, le Bénin et la Tanzanie ont changé de mode de calcul de leur richesse nationale pour parvenir à l’évolution de leurs revenus national brut. Le gouvernement béninois dans son communiqué d’auto-satisfaction a reconnu qu’il a procédé au «rebasage», c’est-à-dire au changement de base de calcul de ses comptes pour en arriver à progresser dans le tableau de la Banque Mondiale. Le rebasage béninois a ceci de curieux et de trompeur qu’il n’a tenu essentiellement compte que du secteur cotonnier pour évaluer la richesse nationale.

Or il est évident que la vie économique du Bénin ne tourne pas essentiellement autour du coton. Il y a à peine 1million 500.000 béninois qui travaillent et vivent du coton directement ou indirectement. Comment ne pas tenir compte des 10 millions autres dont les revenus ne dépendent pas du secteur cotonnier ?

C’est en définitive une tartufferie que de remettre en cause l’essentiel des bases de calcul de sa richesse nationale qui tourne en réalité autour des services, du commerce et des importations juste pour paraître dans une catégorie où on n’a rien à y faire.

Un indicateur de cette supercherie est qu’on a beau voir évoluer le revenu brut national, le SMIG, salaire minimum, n’a pas évolué alors qu’il a évolué sous tous les régimes précédents notamment sous celui de Yayi Boni par 2 fois.

Franchement, comparer et mettre le béninois sur le même pied d’égalité que le marocain, le sénégalais, l’ivoirien en terme de revenus est juste un massacre de la vérité. ARRÊTEZ LE MASSACRE, arrêtez cette hypocrisie dont Balzac dira «qu’elle est, chez une nation, le dernier degré du vice »

• Rodrigue Vossanoude : Amos Mahu viens lire la bonne et vraie information. •Agblonon Houelome. : Marius Rodrigue Vossanoude  quoi? Il a fini son rôle déjà. Manhamadou Nondichao :  Merci. Aledjo Maora : On triche en tout ; même sur les basiques. Quelle honte ! Eric Agassounon : Aledjo Maora : moi je pleure seulement pour ce pays. Des roublards en tout. Vraiment déplorable

Reine Toffo-hossou : Aledjo Maora, honte vraiment. Rachel Elsie Zitti : Constant, je veux bien que tous les Universitaires viennent lire ton post. Donc vous biaisez encore les calculs économiques pour faire croire que tout va bien dans ce pays ? Malheureusement le paysan Adja, le cultivateur de Boukoumbé, ni la bonne Dame du marché Tokpa ou Ouando ne peuvent rien comprendre. Finalement tout ressemble à un jeu de « baby» dans ce petit pays. Constant Sinzogan :Rachel Elsie Zitti, merci ma chère. Alima Guira : Les revenus ont augmenté avec l’ensemble du personnel de COTEB mis au chômage sans indemnités. Ceux de la SONAPRA, plus récemment de la SONACOP. Bertrand Megbletho : Moi, mon revenu n’a pas augmenté, au contraire ! Kl’os Sem : L’option partage svp..! Philias Adjile, en voici Un qui explique encore plus terre à terre. Sébastien Koudjo : Comment la Banque Mondiale pourrait cautionner de pareille fraude ??? est ce que c’est la banque mondiale qui est à l’origine du processus de la notation ??? Je ne maîtrise pas ces paramètres. Constant Sinzogan : Sébastien Koudjo, alors quand on ne maîtrise pas comme vous le dites, vous n’intervenez pas n’importe comment. Et je vous informe que le rebasage n’est pas une opération frauduleuse.

Joseph Bidossessi : Constant Sinzogan, heureusement pour toi que tu as clarifié que le rebasage n’est pas une opération frauduleuse, un maquillage de compte. Car tu l’as souvent qualifié de trompeur en induisant ainsi tes lecteurs en erreur. J’aimerais ajouter que le BENIN n’est pas le seul à faire le rebasage de ces données macro. Et la banque mondiale intègre bien cela dans la collecte des données et dans le calcul de ses agrégats. Agblonon Houelome Marius : Merci à vous pour les détails Mr Constant Sinzogan. Nos gouvernants actuels sont les habitués des faits. Et ils considèrent tout le monde comme eux. Esky Amowogbegnon : Ils sont nombreux à faire difficilement forfait pour venir défendre le  pays intermédiaire en question. Adechian Deen : Mensonge grotesque …ces gens- là, je les comprends  pas hein, mais ils sont au biberon quand même et vivent aux frais de la princesse …alors comment sauront -ils que nous souffrons? Zannou Charles : C’est la masturbation intellectuelle qui te dérange. Rien que des imaginations dans le seul but de peindre en noir les résultats élogieux du gouvernement. Et les moutons aussi vont te croire. La Banque est une institution mondiale et n’est pas aux ordres de Patrice TALON donc ne saurait cautionner une quelconque manipulation. Avant de pondre un poste même si vous êtes contre un régime il faut parfois réfléchir par deux fois. Ce n’est pas responsable ; cela prouve combien vous êtes haineux. Et donc votre seul but c’est de salir les efforts du gouvernement. Fabrice Hounguevi : Zannou Charles ,efforts du gouvernement. Kachyf Kossoko : Zannou Charles, faut pas critiquer juste par plaisir sans aucun argument, allez contre, d’ accord ; mais en nous montrant les contrevérités de ce qu il a écrit, nous qui lisons les commentaires ,nous arrivons à faire la part des choses, donc prochainement c est ce qu’ il faut faire. Damien Boko : La honte, sous la pluie, on peut toujours uriner dans son pantalon, mais quand elle va cesser, cette pluie, alors bienvenue la puanteur. C’est tout de même triste, que tant d’éminences grises au service d’un Président en viennent à de telles forfaitures. C’est honteux ! Augustin Mahutin Hounvenou : Le mensonge rattrape toujours. Je ne suis pas un économiste mais d’après votre post je leur souhaite bon vent et qu’ils continuent de mentir ; tôt ou tard cela finira par se savoir. Bola René Idossou :La BM parle certainement d’un autre bénin qui n’existe pas encore sur le continent Africain. Fiacre Kakpo : Pour info, le rebasage du PIB a fait augmenter celui-ci de façon mécanique, de plus de 30% pour 2015 l’année de base (Yayi était au pouvoir) et de de la même valeur en 2019, année cette opération de restructuration des comptes nationaux a été faite. Le communiqué du gouvernement est inique. Constant Sinzogan :Fiacre Kakpo, pas vraiment saisi le sens de ce commentaire. Esaie Aloh : Je m’en doutais. Fiacre Kakpo : Constant Sinzogan, Olivier de Souza, Steve Kenneth , Léonce Dakpogan.Pour rappel, c’est à la faveur d’une opération de rebasage de son PIB, qui a été dans la foulée dédoublé, que le Nigeria est devenu la première économie d’Afrique en 2014. Plus récemment, le Kenya ayant suivi, a gagné 25% de PIB, alors que la Gambie surendettée, a réussi à abaisser sensiblement son ratio d’endettement. Dans l’Uemoa, cinq pays sur huit ont révisé les méthodes de traitement des comptes nationaux et redéfini l’année de base. Au Bénin où la nouvelle année retenue est l’année 2015, le rebasage a conduit à une réévaluation de PIB de 36,4% pour 2015. Au Burkina Faso, le PIB de 2015 a été réévalué de plus de 13%. En Guinée-Bissau, la richesse nationale a été révisée de 10% à la hausse, tandis qu’au Niger, les travaux effectués avec 2015 comme nouvelle année de base, en remplacement de 2006, ont conduit à une réévaluation du PIB de 2015 de 33,3%. Au pays de la Téranga (Sénégal), la nouvelle date de base est l’année 2014 en remplacement de l’ancienne qui était 1999, et la richesse générée en 2014 a été revue à hausse de 29,6%. Constant Sinzogan : Fiacre Kakpo ,le rebasage n’est en aucun doute mis en cause à mon niveau. Mais ce sont les modes d’affinement qui sont en cause chez moi. Le rebasage par la sortie de certains agrégats ou le rebasage par l’entrée de certains agrégats. Telle est la différence mon cher. Philias Adjile : Constant Sinzogan ,bonjour cher compatriote. Donc vous ne pensez pas que les revenus brut de 1.5 million peuvent couvrir ceux de 4 voire 8 fois plus à ce taux ? On parle de 62500 FCFA le mois quand même. Je prends un exemple simple. 100 béninois gagnent par exemple 2.5 millions de francs CFA par mois. cela fait 250 millions pour ces 100 béninois et couvrent à ce taux de 62500 les revenus de 4000 béninois. On peut centrer l’analyse sur le fait qu’avoir 62500 au Bénin aujourd’hui ne permet pas de faire face aux besoins vitaux. Mais à remettre en cause les chiffres….bonne journée. Constant Sinzogan : Philias Adjile ,vous ne m’apprenez rien de votre démonstration. Je ne conteste pas les chiffres, j’en conteste le mode de calcul qui a abouti à ces chiffres. Le coton fait-il le rappeler, est-ce 90% de la richesse nationale ? Telle est la question. Philias Adjile :  Constant Sinzogan ,mon cher frère, vous pouvez nous sortir le document qui n’a pris en compte que le coton? J’ai pas voulu aller de ce côté là car je sais que vous savez que l’anacarde a entre temps évolué, que l’ananas est reparti de plus bel et que le miel aussi depuis 2 ans s’y est ajouté…merci de garder la franchise qui vous caractérise. L’autre chose, on parle du revenu national brut donc y compris ceux des béninois exerçant à l’étranger. Merci. Flavien Dako : Constant Sinzogan. Mon cher, voyez-vous qu’en face de l’argumentaire de Fiacre Kakpo, vous ne pouvez plus tenir ? Avant d’incriminer votre pays, cherchez  d’abord à comprendre si le rebasage a été une innovation de votre pays ou une pratique dans la sous région et acceptable par l’institution internationale. Constant Sinzogan : Philias Adjile le secteur marchand est resté à la marge des comptes rebasés. Avec la fermeture de la frontière du Nigéria et le Bénin le secteur des importations et des échanges commerciaux sont très affectés mais pas pris en compte. Philias Adjile :Constant Sinzogan ,vous pouvez nous sortir le mémo svp? Avec l’évolution réelle du RNB selon vous de 2015 à 2019. Le Nigeria a fermé sa frontière il y a 11 mois. Donc de 2015 à 2019 là les frontières étaient ouvertes et selon vous 11 mois de fermeture auront suffi à absorber 4 ans d’échanges ? Flavien Dako : Philias Adjile et Constant Sinzogan.  On vous suit 5/5. Constant Sinzogan : Philias Adjile, ces échanges n’ont justement pas été pris en compte et le choix ne m’appartient pas. Philias Adjile : Constant Sinzogan, merci de nous sortir le mémo le montrant svp. Sébastien Koudjo : Fiacre Kakpo Mon ami constant sinzogan a dit qu’il ne manipule pas les infos. c’est vrai ça ??? Philias Adjile : Constant Sinzogan , nous attendons toujours le mémo cher compatriote. Nous sommes quand même dans la mondialisation où ce qui est importations chez nous est exportations ailleurs. Si le secteur marchand n’a pas été pris en compte comment les économies des pays qui ont exporté vers nous seront traitées ? Ou bien eux aussi n’en ont pas tenu compte. Où il y a un deal entre eux et nous ? Bref j’aimerais bien voir le mémo qui a fait  fi des échanges commerciaux avec le Nigeria à un moment où des délégations de cette même institution étaient de passage il y a peu et avaient relevé le fait que la fermeture devrait agir sur l’économie. Ce que le ministre d’État a d’ailleurs confirmé et dit à compter d’avril 2020 si rien n’est fait. Et voilà qui covid-19 qui est…on en était là. Merci de partager le mémo avec nous, cher compatriote. Flavien Dako Philias Adjile : Constant a tracé. Rire.. Constant Sinzogan : Philias Adjile, je n’avais pas que Fbk dans ma vie. J’étais occupé à autre chose. D’où ma lenteur à vous répondre. Si je vous produis un mémo ça ne servirait à rien. Quand on dit que le secteur marchand est délaissé au profit du secteur agricole ça ne veut pas dire qu’il n’y a pas eu d’échanges, qu’il n’y a pas eu de services, ça veut dire que toutes les valeurs, toutes les structures, toutes les activités liées à ce secteurs n’ont pas été identifiées et c’est un choix à dessein dans le rebasage. Je vous renvoie au travail de l’Insae sur le sujet pour s’en apercevoir. La preuve, il y a eu une volonté affichée de faire passer la fiscalité intérieure devant la fiscalité de porte sous ce régime. Ce sont des choix assumés dont la politique est mise en place. Constant Sinzogan : Flavien Dako, je n’ai pas le défaut de la capitulation. Philias Adjile : Constant Sinzogan moi encore moins mon cher. A chercher c’est clair que vous êtes même plus sur ça que moi. Bref. Je ne parle pas de votre mémo mais de celui ayant servi à cela. Merci de nous publier ici les travaux de l’INSAE à propos. A tout le moins le lien permettant d’y accéder. Il y a une volonté affichée de faire passer la fiscalité intérieure devant la fiscalité de porte dites-vous, mais qu’en est-il réellement ? Par ailleurs, ce choix ne serait- il pas le meilleur selon vous? Vous préférez qu’il  y ait plus d’importations (donc une dominance de la fiscalité de porte) que d’exportation (le contraire)? Ce choix n’est- il pas pertinent ? Bon samedi

Constant Sinzogan :  Philias Adjile, vous ne demandez pas au gouvernement qui a procédé à son rebasage de rendre public son mémo mais demandez à moi de vous le chercher… La réalité en est-il que l’activité économique est poussée par l’importation des biens marchands au Bénin. Il peut avoir une volonté d’inverser cette tendance mais c’est celle-là qui a cours, du moins jusqu’au moment où les frontières voisines étaient ouvertes. Dans un environnement hautement informel, la fiscalité de porte est essentielle et efficace et si elle se fait coiffer par la fiscalité intérieure c’est la preuve que les importations ont pris du plomb dans l’aile et non la preuve que l’économie se débarrasse de ses caractéristiques informelles. Sébastien Koudjo :  Constant Sinzogan, mon ami constant Sinzogan, il me semble que ce sont des techniciens en la matière qui sont rentrés dans la danse . ils vous réclament les preuves. Donc en avant. Constant Sinzogan : Sébastien Koudjo, je m’en réjouis que d’avoir affaire à des klébés. Sébastien Koudjo : Constant Sinzogan je ris à couler les larmes dans mon salon. Sébastien Koudjo :  Constant Sinzogan  à forces de chercher toujours le mal là où il n’est pas on finit par traiter les autres observateurs avertis d’aveugles. J’avais voulu savoir si la banque mondiale pouvait accepter et soutenir du faux ??? Maintenant où en sommes nous mon ami constant ??? Philias Adjile : Constant Sinzogan ,ici c’est vous qui réfutez donc la charge de la preuve vous incombe malheureusement. Environnement hautement informel dites -vous et selon vous avec les facilités accordées depuis 2017 pour la formalisation de «l’informel» aucun pas n’a été franchi. Le secteur informel est resté tel quel depuis 2016? Pas une once de formalisation…merci de vous renseigner davantage. Quant à la déduction selon laquelle les importations ont pris du plomb dans l’aile c’est votre opinion que je respecte certes mais ne partage pas. Pendant cette déduction, qu’en est-il des exportations ? Elles sont restées statiques ou ont connu un bond ? Ou aussi ont pris du plomb dans l’aile ? Je vous sais plus franc dans vos analyses mais là je ne puis être d’accord. Passez un bon samedi. David Sossa : Tempo ! Ça ira OK ? Epiphane Dahounto : Vrai. Obossa Boniface :Tout peut se former et se déformer dans cet univers que nous vivons. À chacun de garder sa tête posée sur les épaules s’il en a, en séparant le vrai du faux. Tampis pour le reste. Aminon Akakpo : Quel est notre dernier salaire ? Fatiou Ousman : Rebasage. Supercherie. Tartufferie. Mensonges, Massacre,Pauvreté, Smig, Mots clés…Quand tu connais M, tu connais…Le gars Constant Sinzogan connaît. Joseph Bidossessi : Fatiou Ousman, très drôle. Fatiou Ousman : Constant Sinzogan. Et tu y as répondu de fort belle manière…Quand on se fait juge et partie ça donne ça, des chiffres bidonnés et arrangés face à une réalité et au réel des béninois qui souffrent et en chient pendant que leurs dirigeants se gavent et s’en mettent plein les fouilles…Ils disent que la démocratie ne nourrit ni ne développe un pays, je leur dis que leurs chiffres bidons n’ont pas rendu les béninois moins pauvres et malades. Olivier Aïdessa : Le manger Sous Yayi: Riz 200f + poisson 100f + viande 200= 500f

Actuellement : Riz 150 . Bonne dame demande, je mets quoi sur ça ? On répond, cuillère. Voilà l’information qui a manqué à la Banque Mondiale. Olivier Aïdessa Le mangé Sous Yayi: Riz 200f + poisson 100f + viande 200= 500f Actuellement : Riz 150 . Bonne dame demande , je mets quoi sur ça ? On répond, cuillère.…Voir  plus Haha  Dossou Prosper Yahannon: Vous en faites de trop. Le petit bébé dans son berceau à l’Homel mène quelle activité ? Pour votre gouverne, sachez que le Bénin n’est pas le seul à procéder au rebasage de ces comptes nationaux. Le Sénégal, la Guinée-Bissau, le Niger, le Nigéria, le Kenya l’ont fait. L’année retenue est 2015 et non 2007 qui était utilisé. «Le rebasage n’a tenu compte que le secteur du coton». D’où sortez-vous ça? Dans quel document vous avez lu ça. Enfin vous mélangez tout juste pour faire passer votre message. A cette allure, on risque de ne plus vous prendre au sérieux. Il y eu l’émergence de plusieurs activités de 2007 jusqu’a nos jours qu’il faut forcément en tenir compte. Sachiez que le revenu national brut ne tient pas compte seulement de la richesse à l’intérieur du pays. Je ne sais pas non plus, comment vous avez converti en franc CFA vos chiffres. 1 dollar=583,89 CFA. 1250 dollar donne 729 862, 5 CFA contre 507 984,3 F CFA avant. Cela signifie que mensuellement le revenu d’un citoyen est en moyenne de 60 821,875 (par mois) contre 42 332,025 f CFA avant. Notre combat sera de lutter pour une bonne répartition de la richesse nationale. Constant Sinzogan:  Dossou Prosper Yahannon le petit bébé de l’homel parce que c’est la moyenne nationale qui l’intègre à partir de la division du pib par la population. Pour le coton revoyez les notes du pays et les agrégats pris en compte. Kouassi Gatien Maisso: Dossou Prosper Yahannon, le Nigeria aussi l’avait fait il y a quelques années pour passer à la première économie africaine devant l’Afrique du Sud. Aussi ce rebasage respecte des normes et des standards que la BM vérifie lors des revues. Ceci étant il faut cette amélioration du PNB se ressent par tous les béninois. Qu’il y ait une répartition plus juste des richesses de la Nation. Rachida Gata : Merci pour l’explication. Je pense que ceux là qui se disent intellectuels doivent lire ce post Denis Codjo Hounzangbe : Toujours dans la ruse.Emmanuel Koubia Chabi : Ce que je ne comprends pas : c’est faisable ou non? Cela peut se faire ou pas? En quoi il y a problème ?…Carole Agbangbe : Merci pour l’explication. Pierre Zannou : Huum, Janvier Sambieni : Merci d’être éveillé mes chers économistes. Arilou Déna gninou Awouininou : Ils peuvent nous dire que l’économie du pays évolue sur d’autres plans, mais dire que le Béninois réalisent un tel revenu annuel, c’est de sacrifier la vie des pauvres au détriment des autorités qui profitent les impôts et taxes payés par les maigres revenus de ces pauvres populations. Le gouvernement travaille sur certains plans, osons le dire, mais le volet social a échoué. Nadjim Malade : Les gens ont des Master en économie et gestion mais ils ne comprennent jamais rien. Paterne Agossadou : Monsieur Sinzogan, merci pour votre poste qui contribue à nous éclairer d’avantage sur les réalités économiques de notre pays. Je souhaiterais par ailleurs que pour étayer davantage vos arguments vous nous donniez la variation marginale du RNB entre 20…Voir plus. Joseph Bidossessi : Paterne Agossadou,Faites votre opinion. Paterne Agossadou : Merci monsieur Joseph pour votre apport. Je ne remets point en cause le principe de rebasage. C’est normal que pour améliorer la qualité des comptes nationaux, il est judicieux que nos gouvernants affinent les données en choisissant une nouvelle année de base. Mais ce qui est aberrant c’est que certaines personnes détournent les données publiées par les autorités de Bretton  woods à des fins propagandistes sachant pertinemment que ces données ne sont obtenues que par des ajustements et non par une amélioration substantielle du niveau de revenu des populations. Le taux de croissance du revenu par habitant n’a pas explosé de 2015 à 2019. Moise Kotin : Laissez ces vendeurs d’illusions. François-xavier Kploka : Le peuple Béninois a besoin des mesures d’urgence d’accompagnement du Coronavirus et non des verbiages, arrêtez un peu vos histoires des chiffres, le peuple Béninois a besoin du concret sur le plan social. Melki Ogoumola : Après jeune Afrique pour coup d’Etat déjoué c’est la banque mondiale qui apprécié, ce n’est qu’un début pour les institutions et les journaux internationaux de faire le job restant pour voiler et fasciner le monde que tout va bien dans le pays. Loïs Kossi Jesus-djihou Bossou : En tout cas le champ de mon grand père ne s’est pas encore appauvri quand-même ! Joseph Bidossessi : Je voudrais partager avec vous, ce qui est mis dans le rebasage malhonnêtement décrié ici et les raisons pour lesquelles, il faut actualiser l’année de base de référence. Comment c’est fait ? Quelles sont les institutions qui nous ont accompagnés dans ce travail de rebasage. Ainsi vous pourrez apprécier par vous même la qualité et la crédibilité du travail qui est fait par L’INSAE. Noukpo Whannou : Joseph Bidossessi, s’il te plait ,ne soutient pas ça. C’est certes de bonne guerre politique. Mais tu le sais très bien que ce rebasage est largement biaisé pour présenter une façade économique loin de la réalité. À moins que tous tes autres posts soient des mensonges grossiers. C’est l’un ou l’autre. Mais pas les deux à la fois. Merci. Joseph Bidossessi : Noukpo Whannou, je commente documents et liens à l’appui. Qu’ils fassent de même et puis c’est tout. Claude Mafoya Houeto :  Joseph Bidossessi, personnes ne contrôle notre gouvernement, comment les croire ? Svp, pourquoi le président nous dit de serrer les ceintures Joseph Bidossessi : Claude Mafoya Houeto, mon cher, si nos parents et grands parents avaient serré la ceinture, aujourd’hui nous aurions les ceintures desserrées. Si nous refusons par nos constantes plaintes, gémissements et suspicions de faire les sacrifices d’aujourd’hui, nos enfants souffriront avec une ceinture encore plus serrée qu’aujourd’hui. Demain, nous ne serions plus 11 millions hein, nous serions plus nombreux avec le risque de continuer de circuler sur les mêmes routes, d’habiter les mêmes bas-fonds, de voler la caisse de l’Etat, de créer encore et encore des partis politiques, de mourir bêtement du palu, de fréquenter les mêmes universités sans lendemain etc…, si nousne consentons pas à faire les sacrifices nécessaires. C’est une question de responsabilité pour notre génération. Ce gouvernement travaille. Je souhaite simplement que nous vivions longtemps pour apprécier le fruit du travail d’aujourd’hui. Constant Sinzogan : Joseph Bidossessi, une chose est de sortir la méthodologie, une autre est de comprendre les mécanismes qui ont plus appuyé un secteur à priori moins important au désavantage d’un secteur plus important. Et la nouvelle prise en compte de 2015 souligne si tu le veux bien les efforts faits lors des années antérieures à l’année charnière. Joseph Bidossessi /Constant Sinzogan, OK. L’Etat est une continuité. Et que l’on l’aime ou pas, YAYI a fait ce qu’il pouvait selon ses limites personnelles. Mais dis-moi quel est le secteur à priori moins important et quel est l’autre secteur désavantagé ou sorti des calculs avec le rebasage ? Constant Sinzogan : Joseph Bidossessi le secteur marchand est désavantagé par rapport au secteur agricole. Venance Marlus Fassinou : Les deuxièmes et troisièmes raisons du rebasage parlent pour elle-même. Lesquels produits ont été retirés des calculs et lesquels ont été insérés ? Et pour quelles pondérations ? Des manipulations sont possibles d’autan plus que l’objectif affiché est de donner un meilleur visage aux indicateurs. De ce fait, on ne comprend pas tellement la joie que le gouvernement affiche si eux-mêmes décident de manipuler les bases de calcul pour afficher de meilleurs résultats. Il serait ingrat de ne pas reconnaître les efforts de ce gouvernement et aussi des gouvernements passés pour soit améliorer les performances économiques soit améliorer les conditions de vie des populations. Le vrai débat du développement a été plombé par la question de savoir si c’est depuis 2016 au  Bénin que les questions de développement ont commencé à être posés. Dès lors le camp au pouvoir estime que tout commence avec ses réformes. En face de lui on estime que tout ce qui est fait est mauvais. Personne ne s’intéresse aux avancées que nous devons capitaliser. Joseph Bidossessi Constant Sinzogan, mais pas du tout mon cher. Je sais là où tu veux en venir. Le secteur Agricole n’est pas limité qu’au coton et le secteur marchand n’est pas non plus limité au commerce de volailles importées de  AJAVON. Flavien Dako : Au Togo, rebasage avancé du PIB. Gouvernance économique mardi, 28 avril 2020 12:50. Au Togo, rebasage avancé du PIB. (Togo First) – Après le Nigeria, le Ghana, la Sierra Léone, le Burkina, le Niger, le Sénégal, et récemment le voisin béninois, le Togo procède également au rebasage de ses comptes nationaux. Le pays dont le secteur informel tient une place de choix dans l’économie, s’engage ainsi dans un exercice de mise à jour statistique de la photographie de l’économie. Exportation. Pour l’agence de notation financière Standard and Poor’s (S&P), cette opération « devrait permettre de mieux prendre en compte certaines activités qui sont mal évaluées ou qui ne sont pas incluses dans les comptes nationaux courants». Avec la Côte d’Ivoire et le Mali, le Togo est à un stade avancé dans le processus de rebasage. Ainsi, 2016 a été retenu comme année de base et ce changement se fera accompagner de l’intégration de toutes les activités existantes comme émergentes, qui n’étaient pas couvertes ou insuffisamment prises en compte. Il s’agit surtout de capturer le PIB du secteur informel, qui emploie selon des chiffres non-officiels, près de 80% de la population active. Pour rappel, c’est à la faveur d’une opération de rebasage de son PIB, qui a été dans la foulée dédoublé, que le Nigeria est devenu la première économie d’Afrique en 2014. Plus récemment, le Kenya ayant suivi, a gagné 25% de PIB, alors que la Gambie surendettée, a réussi à abaisser sensiblement son ratio d’endettement. Selon une étude menée par l’Uemoa, la « rénovation » des comptes nationaux des Etats membres a permis de réduire les ratios de déficits budgétaires et des taux d’endettement. A contrario, elle s’est traduite par une baisse des taux de pression fiscale. Au Togo, c’est l’Institut de la Statistique, l’INSEED qui pilote le processus. Joseph Bidossessi :  Flavien Dako, merci pour ce recadrage. Chez nous c’est L’INSAE qui a piloté le projet avec l’aide des partenaires techniques comme la GIZ et autres. Flavien Dako : Joseph Bidossessi. Merci beaucoup pour la publication de ces documents. Ruben Abadagan : L’objectif est d’être bien positionné afin de mieux nous endetter.

Bonaventure Houngbadji : Que dieu vous bénisse. Avec cette analyse, c est comme cela on nous embobine. Cherchez, vous trouverez encore du vernis de ce régime. Adissa Olofinja : Claudio Mautone, Vous aimez les incantations. Claudio Mautone :  Adissa Olofinja tu es donc un accro aimant souvent lire mes incantations qui ne font que t’illuminer au quotidien. N’est-ce-pas? Shin Juste Amouzoun : La vérité finira par sortir. Effio Lionel :Vraiment. tout y est. Pour eux la ‘’ croissance économique ‘’ se trouve dans les livres et dans les chiffres qu’ils ont manipulés. Alors que le dernier des Béninois ne mange pas 3 repas par jours. Arrêter le massacre. Rufin Kouton : donc la banque mondiale aussi est sous controle de talon ,vous les opposants vous mourez de chagrin

Claude Mafoya:   Houeto Rufin Kouton, chère amie, qui envoie les documents a la banque mondiale qui contrôle le gouvernement ? Rufin Kouton : cette grande institution ne peut travailler sur des chiffre après vérification, cessez de vous entremêler. Karim Moudjibou : Rufin Kouton,  il  faut bien lire le poste et si vous ne comprenez pas français demandez et on vous explique.Sébastien Koudjo:  Constant Sinzogan, mon ami constant Sinzogan, je ne vous comprends plus. vous faites croire à nous tous sur votre page que vous utilisez le mot qu’il faut à la place qu’il faut. au même moment vous m’accusez d’être moins courtois . je vous présente mes excuses tout en vous priant sincèrement de me corriger. je vous prie de nous proposer un autre mot plus courtois qui traduit honnêtement votre façon de traîter les informations. si vous aimez vraiment les débats d’idées, c’est le moment de le prouver. Merci beaucoup pour la compréhension.Chivas Régal: Pfffff….. La béninoiserie, quand tu nous tiens ! Si cette méthode de calcul ou ce rebasage n’était pas conforme aux standards de la banque mondiale elle ne serait en aucun cas prise en compte. Julien Ahohuendo : Chivas Régal ,toi tu as noté une amélioration du panier de la ménagère. Déjà les chiffres que publient ces institutions en complicité avec les gouvernements pour les conforter dans leur gabegie à travers le monde n’a jamais reflété le niveau d’aisance des peuples. Et si c’est les gouvernements qui s’adonnent unilatéralement au gonflage c’est le comble. Amos Mahu : Aigreur. Claude Mafoya Houeto : Après la croissance nous sommes sur les revenus. Eckdon Marcos : Merci. Il faut simplement lire et partager. Abdou Alao : Merci beaucoup pour cette limpide et claire analyse. On manipule le peuple et on continue de lui mentir. Timothée Anato : Plus qu’un vice, c’est un assassinat économique. La supercherie dans sa rage veut plus que ruiner par sa ruse.. Le béninois n’est pas aussi con pour croire à ce faux bond économique. Landry Juventus : Venceslas Kpanou. MC Diallo : État voyou, c’est maintenant !! Augustin Gbegan : Oui,Oui et oui à celui qui dit: un peuple mérite ses dirigeants.

C’est triste ce qui arrive à ce pays.Aimé Sylvain : Même les chœurs aussi ont vu leur revenu augmenter sous la rupture malgré qu’ils ne travaillent pas. La rupture, qui es-tu. Guy Marcel DA : Mr Vous mentez, le BÉNIN N’A RIEN INDIQUÉ COMME LA TANZANIE ,,,au contraire la méthode dite ATLAS de calcul est une imposition de la banque mondiale ..et logiquement ceci a été visionné, à partir de 2016…donc on peut mettre ça à l ‘actif du gouvernement Talon ce bon en avant. Il faut cesser d’enfumer les gens !! Aboudou Gafarou : Romuald Wadagni,qui n’est qu’un financier, se met dans la peau d’un économiste, voilà ce que ça donne : faire le calcul des agrégats économiques sur une base sectaire c’est plutôt hérétique, en économie la base du calcul des agrégats a toujours été systémique. Ben Sossa : Tes calculs sont erronés. Epiphane Oloro : Carrena Ben Sossa Donnez les bons, s’il vous plaît. Remerciements anticipés. Arnaud Atindehou : L’INSAE est une structure étatique… Il ne peut que faire l’éloge de son patron. Modeste Djossoukpo : Ne bavardez pas, ne condamnez pas qui que ce soit si vous êtes à leur place vous allez faire pire que ça ; stop ! Modeste Djossoukpo : Je ne suis pas un politicien et je ne veux même pas l’être. mon très cher papa Kerekou a fait vibrer des radios. Modeste Djossoukpo : Je ne suis pas un politicien et je ne veux même pas l’être mon très cher papa Kérékou a fait vibrer des radios.Modeste Djossoukpo : Et mon ami sincère Yayi a dit qu’il va bondir sur des gens et tout ça s’est passé. Maintenant qu’est –ce qui vous fait peur ?

Modeste Djossoukpo :  Ne provoquez pas la colère de DIEU, c’est DIEU qui choisit le président ; laissez- le tranquille jusqu’au jour où DIEU va le changer. Charles Migan : Le rebasage, c’est comme l’étalonnage qui est une méthode de mesure par comparaison. Si on convient qu’un kilo de viande de mouton vaut un kilo de haricot, il faudrait alors que le récipient de pesée contenant du haricot ne soit pas traficoté. Or, les commerçants retors et malhonnêtes donnent des coups dans le fond de la cuvette et modifient ainsi sa contenance réelle. La notation du Bénin ressemble à cela. A l’aide d’esbroufe nombriliste et de thuriférisme, on fait passer du toc pour un étalon d’or. Joseph Perzo Anago / Charles Migan, huuuummm ! Quelle expertise de fouineur en fraudes diverses.Charles Migan : Joseph Perzo Anago. On sait qu’ils nous volent avec leurs méthodes gondolées. Haha. Rodrigue Ahossoumesse : Charles Migan, j’aime ton style d’expression. Merci de ‘nous aider à le propulser…JM Couronne : C’est un massacre qui ne dit pas son nom mais avec courage et abnégation, nous le vaincrons. Claude Djankaki : Ecoutez, n’oubliez pas que le Benin avait quitté les pays les plus pauvres et est revenu brusquement se mettre à table pour prendre sa part. C’est peut- être une stratégie. Toussaint Damasso : Merci pour l’éclairage. Hippolyte Biguezoton : MERCI

Un commentaire de Constant SINZOGAN qui nous explique ce bond spectaculaire : Arrêtez le massacre… Franchement, comparer et mettre le béninois sur le même pied d’égalité que le marocain, le sénégalais, l’ivoirien en terme de revenus est juste un massacre de la vérité. ARRÊTEZ LE MASSACRE, arrêtez cette hypocrisie dont Balzac dira «qu’elle est, chez une nation, le dernier degré du vice ». Joseph Bidossessi : Quand le négatif trouve valeur à vos yeux. Avez-vous lu les commentaires qui auraient pu vous apporter un peu plus de lumière sur ce post mensonger. Car le BENIN n’est pas le seul pays au monde ou en Afrique, à actualiser l’année de base de référence. Et il n’ya de frauduleux, ou de manipulateur dans le rebasage. C’est une nécessité pour affiner les données économiques nationales. Aimez votre pays. Cessez d’être le relais des critiques qui ont pour objet de salir son image. Hermann Kekere : Joseph Bidossessi. La liberté d’expression n’est pas seulement un principe démocratique pour moi mais une valeur fondamentale de mes actions et de ma vie. Même si je ne suis d’accord avec vous je me battrai afin que votre opinion soit entendue. Relayer ce post ne signifie pas que je déteste mon pays car l’unité de mesure d’amour pour son pays ne saurait se mesurer au relais d’une opinion contraire à celle des gouvernants. Cela s’appelle  le pluralisme d’opinion. C’est cela qui permet à chacun de faire sa propre opinion. Le fait de lire deux positions contradictoires, chaque citoyen pourra s’informer et décider de celle qui lui convient.

La critique n’a jamais été une saleté, au contraire, la science est le fruit de la critique afin de s’améliorer. Ce que j’ai relayé est signé d’un auteur, d’un béninois, raison de plus que cela ne soit pas qualifié saleté. Voulez vous dire que le fait de dire le contraire des dirigeants signifie qu’on salit son pays ? Je ne pense. Joseph Bidossessi: Hermann Kekere : OK, Excellente conviction. Alors relayez également les autres avis et commentaires que cela soit du gouvernement ou d’autres béninois. C’est seulement après ça que vous aurez réellement équilibré les choses. Wouah. Landry Angelo Adelakoun : Hermann Kekere .Certains ne cesseront de dire des âneries. On parle de la diplomatie et des relations internationales et au lieu d’apporter des arguments sérieux et techniques pour contredire l’auteur, on verse dans un pseudo-patriotisme. On veut toujours parler de tout. On laisse son domaine pour venir jouer sur un terrain dont on ne voit que du feu. Au Bénin, pour connaître ceux qui aiment le pays, il suffit de voir ceux qui savent tout applaudir. Les autres qui émettent des réserves et ce, de façon technique, n’aiment pas leur pays. Voilà ce que l’école béninoise a produit ! Joseph Bidossessi/Landry Angelo Adelakoun, Jeune homme, avez vous réellement lu le post relayé et mon commentaire ? Relisez bien tant sur le fonds que dans la forme avant  de vilipender l’école béninoise qui vous a certainement formé à un moment donné. Excellente journée. Hermann Kekere/Joseph Bidossessi. Je ne suis pas dans les polémiques. Pour preuve dans ton second commentaire tu as publié l’opinion du gouvernement sans que je ne le conteste car pour moi c’est cela la diversité dans l’union. Hermann Kekere/Landry Angelo Adelakoun. Il faut les accepter aussi car ce sont des béninois et personne ne sera rejeté pour la construction diversifiée de notre pays à tous..Estelle Padonou Abouta:  Joseph Bidossessi, exusez moi mais puis -je savoir quel poste vous occupez dans le gouvernement du Bénin? Je demande cela parce que je rencontre presque partout sur facebook en mode défense. C’est juste pour nourrir ma curiosité. Paix à nous. Joseph Perzo Anago: Joseph Bidossessi, bonjour cher compatriote. Si tous, autant que nous sommes, accordions l’infime attention et considération aux avis fussent t-ils contraires à nos convictions où positions circonstancielles, nul doute que nous contribuerons à ériger les bases d’une communauté où chacun se sentira heureux et en paix avec les autres. Autrement, il ne revient pas qu’aux autres «de relayer des avis contraires» aux fins d’équilibrer les débats. Agréable dimanche. Firmin Ayivodji/Estelle Padonou Abouta Haha il a commencé depuis 2016. Heureusement que nous avions déjà vécu avec des gens pareils et la fin nous le savons tous.. Et pourtant ils ont la capacité de faire des analyses sérieuses…Estelle Padonou/Abouta Firmin Ayivodji : ah je vois c’est bien.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici