Le protocole d’accord d’Azalai Hôtel, 4 ans après :Que sont devenus les engagements?

0
134

C’était un lundi 14 mars 2016 à Azalai hôtel de Cotonou que la «Coalition de la Rupture», regroupant trente-trois (33) participants dont les Vingt-quatre candidats (24) malheureux du premier round de l’élection présidentielle avait à se prononcer entre se rallier à Lionel Zinsou, candidat du pouvoir arrivé 1er au premier tour, ou au candidat  Patrice Talon, occupant la 2ème   place. Le choix a été donc porté après concertations sur Patrice Talon rentré fraichement de l’exil. Ce choix a été sanctionné par une déclaration commune, dans l’une des salles de Azalai hôtel de Cotonou. Mieux, cette «Coalition de la Rupture» s’est adossée à un protocole d’accord qui n’avait pourtant rien laissé au hasard. Au nombre des quinze points énumérés et ayant servi d’arguments pour la déclaration de soutien au candidat Talon, il y en a un qui retient l’attention par ces temps d’agitation et d’appels tous azimuts à un second mandat du président de la République. Des chants de sirène dont les farouches partisans semblent curieusement faire fi des archives, des engagements pris, encore moins de la parole donnée. Pourtant, au point 2, de ce protocole, il est écrit noir sur blanc : «Considérant l’engagement du candidat Patrice Talon à ne faire qu’un mandat en qualité de président de la République»

Avant de s’engager pour la campagne électorale, le candidat Patrice Talon avait pris l’engagement du mandat unique. Il a dit urbi et orbi qu’il va montrer au peuple béninois qu’il est bien possible de faire le job en 5 ans. L’acte 2, pour fixer dans le marbre cette parole donnée, sera donc le protocole d’accord conclu à Azalai hôtel avec les 24 signataires, tous candidats à cette élection. La troisième station pour Talon, par rapport au même engagement, fut le 6 avril 2016, jour de sa prestation de serment à Porto-Novo, devant Dieu, les mânes des ancêtres et devant la nation toute entière. Il va réitérer cet engagement inédit à des sorties médiatiques. Quand on sait qu’au nombre des 24 candidats malheureux qui ont pris à témoin l’opinion publique nationale et internationale lors de la signature du protocole d’accord, il y en a qui ne sont plus dans la barque, pour diverses raisons, à l’instar de Sébastien Ajavon, Jean Alexandre Hountondji, Daniel Edah, Bertin Koovi (…), ceux qui sont restés avec le président Talon n’ont-ils pas une lourde responsabilité quant au respect de ce protocole, ne serait-ce qu’en son point 2 ? Abdoulaye Bio Tchané, alors porte-parole de la dite Coalition et ministre d’État depuis plus de 4 ans, Pascal Irénée Koupaki, également ministre d’État et secrétaire général de la Présidence de la République, Simon Pierre Adovèlandé, ambassadeur du Bénin en Chine, Karimou Chabi Sika, Directeur général de la Centrale électrique du Bénin (Ceb), Nassirou Bako-Arifari, Salifou Issa, Robert Gbian, Natondé Aké, tous députés à l’Assemblée nationale et Moudjaidou Soumanou, ambassadeur du Bénin au Koweït sont donc face à l’histoire à quelques mois de la présidentielle.

Par Worou BORO

Déclaration de soutien au candidat Patrice TALON  au second tour de l’élection présidentielle de mars 2016

Le dimanche 06 mars 2016, le peuple béninois s’est exprimé de façon souveraine à l’occasion de l’élection du nouveau Président de la République qui présidera aux destinées de notre pays pour les cinq prochaines années.

Les grandes tendances annoncées par la CENA, et confirmées par la Cour Constitutionnelle constituent, sans nul doute, l’expression d’une volonté sincère du peuple de rompre avec la gouvernance de ces dix dernières années.

Par leur vote, les Béninoises et les Béninois dans une écrasante majorité, ont plutôt accordé leur confiance aux candidats de la rupture.

En cette fin de second mandat du régime sortant, la situation politique, économique et sociale de notre pays est caractérisée par la décadence des institutions politiques et celle du système partisan, la dépravation des mœurs politiques, le délitement du tissu social et de la cohésion nationale, l’accentuation de la pauvreté, l’effondrement de l’appareil de production agricole, artisanale et industrielle, le chômage massif des jeunes et la corruption généralisée.

Les candidats au 1er  tour de l’élection présidentielle, membres de la « coalition de rupture » sensibles à cette situation préoccupante, entendent œuvrer ensemble pour y remédier. C’est pourquoi, après consultation de leurs bases respectives et conscients des enjeux et des défis de l’élection présidentielle de mars 2016 et de l’impérieuse nécessité de mettre en synergie leurs forces pour gagner le second tour de cette élection ;

§            Constatant qu’à l’issue du premier tour, le candidat Patrice TALON, membre de la coalition de rupture, est qualifié pour participer au second tour de l’élection présidentielle de mars 2016,

§            Considérant l’engagement du Candidat Patrice Talon à ne faire qu’un mandat en qualité de Président de la République,

§            Considérant l’engagement du Candidat à renoncer expressément à l’exécution de la condamnation financière de l’Etat de l’ordre de 129 Milliards au principal prononcée en sa faveur par la sentence arbitrale de la CCJA;

§            Considérant les engagements du Candidat à :

*  Privilégier et préserver l’intérêt général et veiller à combattre tout conflit d’intérêt au sommet de l’Etat ;

*   Ne poser aucun acte de vengeance personnelle tout en rendant effective et exemplaire la lutte contre l’impunité ;

*   Respecter et rendre visible le principe de la laïcité de l’Etat ;

*  Préserver la paix, la cohésion sociale et l’unité nationale ;

*   Moderniser et dépolitiser l’administration publique et promouvoir l’excellence et le mérite, à travers les recrutements dans la fonction publique ;

*   Promouvoir le secteur privé pour renforcer l’emploi des jeunes ;

*   Promouvoir l’approche genre et renforcer la lutte pour l’autonomisation des femmes.

§            Considérant la large convergence de vues qui transparaît dans leurs projets de société et l’esprit d’ouverture qui a favorisé la prise en compte de leurs contributions en termes d’idées novatrices ;

§            S’inscrivant dans la dynamique de rassemblement des forces qui a présidé à la création de la coalition de rupture ;

§            Réaffirmant leur détermination à restaurer le modèle démocratique béninois et à lui faire jouer son rôle de rampe pour le développement économique et social ;

§            Conscients de la nécessité de constituer une masse critique capable d’opérer des réformes politiques et institutionnelles fondamentales ;

§            Soucieux de voir le Bénin disposer d’un pouvoir à l’issue de l’élection présidentielle de mars 2016, qui soit en phase avec les aspirations profondes du peuple à la prospérité, à l’unité, à la justice et à la paix ;

Les candidats signataires de la présente déclaration, après consultation de leurs bases respectives, décident :

§            d’apporter leur soutien et celui de leurs formations et groupes politiques  au candidat Patrice TALON.

§            de faire une campagne électorale active et visible en faveur du candidat Patrice TALON et ce, sur toute l’étendue du territoire en général et dans leurs fiefs respectifs en particulier ;

§            de mettre leurs équipes de campagne en liaison avec celles du candidat Patrice TALON tant au niveau national, communal, local,  qu’au niveau de la Diaspora en vue d’assurer une coordination efficiente des activités de campagne ;

§            d’adopter durant toute la campagne, un comportement qui garantit la paix, la concorde, l’unité nationale et toutes autres valeurs républicaines ;

§            enfin, de mettre tout en œuvre pour atteindre les objectifs définis de commun accord avec le candidat Patrice TALON.                     

En avant pour la défense des acquis démocratiques. Ensemble pour le Nouveau Départ

Vive la démocratie, Vive le Bénin.

Fait à Cotonou ; le 14 mars  2016.

Ont signé :

Sébastien Germain AJAVON

Saliou Youssao ABOUDOU

Natondé  AKE

Gabriel Laurex Ayivi AJAVON

Simon Pierre ADOVELANDE

Atao Mohamed   HINNOUHO

Issa BADAROU  SOULE

Abdoulaye BIO TCHANE

Nassirou BAKO ARIFARI

Karimou CHABI SIKA

Azizou EL HADJ ISSA

Daniel EDAH

Robert GBIAN

Zacharie Cyriaque GOUDALI

Jean-Alexandre HOUNTONDJI

Bertin  KOOVI

Issifou KOGUI N’DOURO

Makandjou Pascal Irénée KOUPAKI

Salifou ISSA

Moudjaidou SOUMANOU ISSOUFOU

Christian Enok LAGNIDE

Richard Marcellin SENOU

Marcel Alain de SOUZA

Marie Elise GBEDO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici