Imf/Mauvaise gouvernance dénoncée par les agents de CAMTES/Le ministre des finances saisi d’une plainte contre Chronokash et consorts

0
359

Dans l’une de ses précédentes livraisons, votre journal « La Dépêche », au terme d’une série d’investigations vous révélait des faits et pratiques contraires aux normes et qui avaient cours dans certaines institutions de microfiances et qui, si rien n’est fait, risquaient bien de plonger les populations dans ce qui a tout l’air d’un Icc’Services-gate. Des milliers de concitoyens abusés, se sont abonnés à une nébuleuse qui s’en va faire des victimes. Il s’agit de Chronokash et consorts, opérant sans le moindre agrément pour l’exercice légal des activités de microfinance. Fait nouveau, les agents d’une Institution de microfinance, en l’occurrence ‘’CAMTES’’, la Caisse Mutuelle l’Espoir, craignant à juste titre pour l’avenir de leur structure du fait d’une mauvaise gouvernance de cette Imf viennent de saisir par une plainte écrite, le ministre des finances. Ils y dénoncent la légèreté et le manque de rigueur dont font preuve les membres du conseil d’administration (réduit à un cercle de personnes complices) face au scandaleux dossier qui implique Camtes à Chronokash et consorts.  Nous vous proposons in extenso, l’intégralité de cette plainte dont le journal s’est procuré une copie.

La plainte des agents de CAMTES

Objet : Dénonciation contre Chronokash (CHRONOKASH SARL, une institution de Service d’Aide pour le travail (SAT), agrée par la CNIL (Commission Nationale de l’informatique et des Libertés sous n°2916-020 / AT/CNIL/ Du 27 / 12/2016 Portant autorisation de traitement automatisé de données à caractère personnel de ses clients, immatriculée au registre de commerce du Bénin sous le N° RCCM RB Cot 17 B 19789 du 24-08-2017, délivrée à COTONOU, IFU N° 32017101003 dont le siège social est situé au quartier Missite, Ilot 344-I Maison VIATONOU V. Théodore, 03 BP 3333 Cotonou Bénin, téléphone 62 25 45 37, représentée par Monsieur Enock VIATONOU – Consultant financier et ses structures associées à l’opération – (CFA, SARL, Ets CEO, SGI, etc.) Et les mauvaises pratiques observées au sein de la Caisse Mutuelle l’Espoir (CAMTES) par la présidente du conseil d’administration (PCA) madame ACHADE Madeleine.

Monsieur le Ministre,

Nous venons par la présente vous faire part de certaines situations que nous exposons dans les lignes qui suivent. En effet, nous sommes agents d’une institution de microfinance dénommée «Caisse Mutuelle l’Espoir » en abrégé ‘’CAMTES’’  agréée depuis le 04 février 2008.

Comme structure de gouvernance d’une IMF, nous avons un Conseil d’Administration limité à madame ATCHADE Madeleine et ses deux enfants. Les débuts des faits remontent au début mars 2020. Nous aurions appris par le biais de l’un de nos collègues que la Présidente du Conseil d’Administration serait entrain d’être convaincue par rapport à un projet d’un partenaire Chronokash en question et si les négociations aboutissaient, elles boosteraient les opérations plus qu’elles étaient. L’essence du projet à nous élucidée est que Chronokash aurait des groupes composés de femmes et d’hommes à qui elle va mettre en place des financements à raison de 1 440 000 FCFA (un million quatre cent quarante mille franc) par membre de groupe (30 membres par groupe) et pour mieux suivre cette activité de mise en place de financement elle aurait préféré que cela soit une IMF d’où CAMTES aurait été désignée. Nous avons à maintes reprises essayé d’exposer les inquiétudes, insuffisances voire les menaces inhérentes au projet lui-même et son implémentation qui pourraient peser sur CAMTES sans succès. La voie du dialogue a été choisie pour échanger avec les collègues en question sans pour autant nous adresser à notre PCA étant donné qu’aucune réunion au sein de la direction ni une adresse officielle n’a mentionné avant le démarrage effectif matérialisé par des lots de dossiers des groupes transférés dans les locaux des agences CAMTES concernées. Au total (05) cinq Agences ont été impactées par ce projet à savoir : Sakété, Porto-Novo, Cococodji, Midombo et Aibatin. Les événements se sont vite déroulés et déjà le 16 Mars 2020 l’Agence de Sakété a démarré avec le projet. Depuis ce jour à aujourd’hui nous avons soulignés les faits et actes qui inquiètent et constituent de sérieuses menaces pour  CAMTES, ses intérêts et ceux de ces groupements de femmes et d’hommes qui le suivent.

Chronokash et ces associés ont mobilisé plusieurs clients des mois avant leur rencontre avec CAMTES; Les clients ont été mobilisés au motif de leur octroyer de crédit d’un montant de trois cent mille francs (300 000F CFA) au début selon les propos tenus par VIATONOU Enock de Chronokash et Edison lors du lancement du projet à l’Agence Sakété, ce qui est resté une promesse non satisfaite jusqu’au moment de rencontrer CAMTES ; Les dossiers des clients ont été convoyés par les soins de Chronokash et ces associés dans les Agences CAMTES ; Lors de la signature du partenariat il était dit qu’au bout de trois mois plus les groupes allaient être financés grâce au fonds à mettre disposition par Chronokach ainsi nous n’avions que le rôle de distribuer de ces fonds ; Chronokash et associés ont perçu les fonds des clients en espèce et ou par moyens électroniques (Mobile Money) avant et après le partenariat avec CAMTES sans objet claire et n’ont fait aucun état des fonds encaissés ; les preuves reçues des clients en annexe Les carnets ont fabriqués par Chronokash et associés et cédés à CAMTES contre paiement ; Chronokash cite SGI comme la principale structure garantie du financement à mettre en place et plusieurs dépôts ont été fait sur leur différent compte bancaire ; CAMTES a saisi la SGI dans un courrier lui notifiant qu’elle était désormais partenaire de chronokash lequel courrier n’a reçu aucun retour jusqu’aujourd’hui ; ce qui a fait penser que ce courrier aurait été intercepté ; Le produit 1% Finance nommé par chronokash tel que libellé dans le carnet est pour duper la population ; L’équipe technique de CAMTES n’a été associée à aucun moment lors du processus ayant conduit à l’adoption dudit projet et à la conception des informations qu’on peut lire dans les carnets et prospectus seuls sieurs BASUNDIDI Mozart et la PCA ; Aucune politique écrite ou manuelle sur la procédure n’est disponible à part les seules informations inscrites dans les carnets avec une disparité dans la communication autour du projet ; les explications données par le responsable de chronokash et monsieur Edison au démarrage de l’Agence de Sakété ne sont pas conformes à celles figurant dans les livrets (à titre d’exemple au lieu de 15 000f à déposer par chaque membre selon les informations du livret , c’est plutôt trois mille francs 3000f qui a été communiqué aux membres du groupe ; A la date d’aujourd’hui seule l’agence de Sakété a reçu les dépôts de certains clients et l’état des fonds existe et est disponible, le reste des membres et clients leurs fonds constitués avant CAMTES seraient en partie logés au niveau de la SGI et l’autre au niveau de chronokash; Les carnets et prospectus réalisés par les promoteurs du projet cite CAMTES en avant-garde alors que chronokash qui est dépositaires du produit; Après plusieurs mois chronokash n’a mis aucun fonds à la disposition de CAMTES mais elle diffame en annonçant aux clients que CAMTES a reçu les fonds et qu’elle les servirait selon les propos de Monsieur VIATONOU Enock ;

Aujourd’hui les clients défilent chaque fois exigeant le décaissement des crédits comme Monsieur VTATONOU Enock leur avait annoncé ; seule l’agence de Sakété a réussi de transformer quelque groupement en client de CAMTES et les a servir en respectant les procédures de l’institution. Les clients nous ont donné l’information selon laquelle le siège ou chronokash a élu siège n’est plus habité par elle ; Monsieur VIATONOU Enock a contracté un prêt de 450 000F CFA, sa femme 200 000f FCFA, sa fille 100 000 FCFA qui sont en impayés depuis le premier mois, son associé de nom ZANNOU a pris récemment 500 000F CFA en procédure d’urgences sous ordres de la PCA alors que c’est eux qui devraient mettre le financement à disposition de CAMTES ; Nous avons maintes fois donné les sons de cloches à la hiérarchie sans réaction et nous avions résisté au projet mais elle nous a intimé l’ordre de le faire.

Après la plainte de plusieurs clients dans les agences (Sakété et Cococodji, le chef d’agence de Sakété a convoqué une réunion le 13/ 05/ 2020 de tous les présidents de chaque groupement enregistré par CAMTES pour une séance d’échange ainsi que le chef d’agence de Cococodji a initié deux réunions, une à la pharmacie avec les membres de chronokash, le bureau d’ISHIBA qui est l’intermédiaire entre les clients et chronokash et la PCA. Une seconde réunion à l’agence de Cococodji en présence du Directeur exécutif, du Responsable des Operations, le CA Cococodji et les membres de la coordination de Kpahou tous les membres au sein des groupements sanctionnée par un PV. Apres avoir intimé l’ordre aux Chefs d’Agence d’arrêter l’enrôlement des clients à cause du nombre de plus en plus croissant et de l’inscription dans le carnet de chronokash, la PCA après quelques   mois de pause a augmenté le frais du carnet à mille francs (1000f) et relancé en pompe le projet dans les localités de Bohicon et de Lokossa où nous n’avions même pas d’agence. C’est ainsi que le 21 juillet 2020, la PCA a ordonné le Directeur exécutif et le Chef service administratif d’aller à Lokossa pour continuer  l’enrôlement. les Chefs d’Agence de Sakété et Cococodji ont fait leurs descente à Lokossa afin de changer les carnets très compromettants de chronokash pour nos carnets de CAMTES, or la PCA ordonne et prend systématiquement les soixante-quinze pourcent (75%) des frais de carnets de chronokash et laisse le reste        dans la caisse de l’agence pour son fonctionnement. Le carnet est vendu à 500F unités dans les autres localités mais à 1000f après le second lancement.

Nous avons finalement opté pour la discussion avec le pasteur Daniel chargé de piloter l’enrôlement à Lokossa, ce dernier sous l’ordre de la PCA a refusé de nous recevoir. Après plus d’une heure quarante-cinq minuits dans son hall nous         avons décidés de partir après avoir reçu un coup de fil, nous        avons   narré un peu ce qui s’est passé dans les autres  localités et nous sommes partir de là. Une fois nous nous sommes rendu au commissariat pour le dépôt d’une plainte en bonne et d’une forme et aussitôt le commissaire central nous a suivi en même temps pour constater l’enrôlement et les a mis sous convocation pour le lundi 27 juillet 2020 qui est resté sans suite.

Entre temps c’est-à-dire le 22 mai 2020 nous avions déposé une plainte à la Brigade Economique et Financière (BEF) pour       dénoncer les faits sous anonyme et la première convocation a été envoyé le 27 juillet 2020     et après avoir écouté la plupart des acteurs, l’affaire est restée sans suite.

Quelques informations utiles :

CAMTES est gérée par une seule personne depuis des années.

• Aucune assemblée générale n’a été organisée à vrai dire sauf sur papier. Pour preuve, l’Assemblée générale de 2018 a été fait sur papier le 04 Aout 2020 par la PCA et le Directeur Exécutif. Ils ont fait passer les agents du terrain comme membres de l’A G et les ont ordonnés d’écrire les noms des clients sans numéro de téléphone et signés à leur place, ce qui a été fait (voir pièce jointe)

Pour preuve :

DENEDE Athanase      66 55 09 79

HOUNSOU Anicette    61 89 67 24

ZINSOU Olivier           66 75 29 61

DOSSOU Faouziath     99 29 38 68

ZANNOU Etienne        67 03 27 68

DOFONLIN Bernard    97 52 27 84

Voici quelques échantillons prise      au hasard. Veillez les contacter pour preuve de vérification de leur participation à l’Assemblée Générale du 2018 dont on parle.

•          Les autres       membres du conseil d’administration ne sont là que de nom seulement.

•          Les sociétaires ont voulu étoffer le conseil et les autres organes pour la bonne gestion de la structure mais elle les a écarté tous et transforme l’institution comme une structure monarchique.

•          Monsieur le Ministre, nous vous informe que le 10/ 09/2020, nous avons transmis notre dossier à la CRIET et qui a été déchargé par le service Administratif et Judiciaire. le 15/09/2020, le Procureur spécial de la CRIET nous ordonne de vous saisir monsieur le Directeur de l’ANSSFD. Pour répliquer nous lui disons que l’affaire est déjà là-bas sans suite car la Présidente Conseil d’Administration a l’habitude de dire que les agents de l’ANSSFD sont des quémandeurs d’argent et signale bien loin qu’elle maitrise les responsables.

Alors le Procureur spécial nous dit de saisir directement le Ministre de l’Economie et des Finances (voir pièce jointe)

•          Récemment nous avions reçu un DAT de L’Africaine des Assurances d’un montant de (25 000 000f) vingt-cinq millions francs qui a été loger sur un compte à BGFI dont elle seule signataire, mais les 07 Agences n’ont reçu que six million cinq cent mille francs (6 500 000f CFA) et le reste est resté à la pharmacie et a servi aux crédits            parallèles montés par le Directeur Exécutif et le chef services administrative et les crédits sont décaissés directement sur le terrain ou parfois à la pharmacie. Toutes Les commissions sont perçues directement par la PCA et les intérêts sont divisés par deux (une à l’agence de Midombo, à qui on a endossé    des clients, qui sont pris par L’intervention de l’auditeur   interne et        le second par la PCA elle-même).

• Le journal la Dépêche a révélé en bref le projet dans sa parution du lundi 27 juillet en le traitant de l’affaire de ICC SEVICE BIS ce qui a attiré l’attention     de l’agence de surveillance et qui a fait une descente pendant deux semaines

•          Nous disposons beaucoup de sociétaires qui ont œuvré pour le relancement des activités car l’institution était hermétiquement fermée depuis 2014 mais qui n’ont jamais été associés de près ou de loin à la gouvernance de l’institution et la    PCA seule règne en maitre et joue le rôle de Directeur exécutif ; son      imitions dans les agences          en demandant directement de l’argent aux Chefs d’Agence sans respect d’aucune procédure              en la matière en dit long ;

•          Les deux Chefs Agences qui ont été à Lokossa ont été poursuivie par la PCA. Juste après la scène qui s’est produite le 21 juillet 2020, elle a installé immédiatement un comité de discipline composant le Directeur Exécutif et tous les chefs services. Notifions, que les Chefs d’Agence ont été écouté et sanctionné avec un rapport du comité du discipline (voir le rapport du comité de discipline). N’étant pas satisfait, elle a pris la décision unilatérale de les renvoyés jusqu’à ce qu’elle ait fait irruption à l’agence de Cococodji avec les membres de la direction         et ils ont instruit le chauffeur personnel de la PCA pour défoncer la fenêtre et la porte de l’agence qui etait fermée et violenté les agents jusqu’à passer près de 20 mn à l’intérieur de la caisse. Son boucan le jour là c’est le jeudi 27 AOUT 2020 et la descente de l’huissier dans l’agence pratiquement deux fois par semaines ont mis les clients qui à côté de l’agence en doutes, ce qui a des répercussions sur  les activités de l’agence.

•          Nous vous prions de diligenter une enquête sur la mauvaise gouvernance de la structure et surtout l’arnaque organisé par les promoteurs de chronokash et consort sur des paisibles usagées pour éviter une autres affaires ICC SRVICES BIS.

•          Nous vous remercions de l’intérêt que vous porterez à la diligence que vous y mettrez, nous vous adressons Monsieur le Ministre de l’Economie et des Finances les salutations les plus sincères.

PJ : – Un livret de compte membres de 30 personnes d’épargne un pourcent (1%) de finances

•          Un prospectus

•          Quelques bordereaux (6) de dépôts sur les comptes de la SGI des membres et copie   

de  reçu délivré par chronokash

•          Quelques note de service.

•          P V Sakété

•          Pièce jointe de fausse assemblée générale de 2018 organisé par la PCA et le Directeur

            Exécutif

•          Décharge du Procureur spécial de la CRIET.

https://www.ladepeche.info/wp-content/uploads/2020/09/DOCU-011-1.pdf

https://www.ladepeche.info/wp-content/uploads/2020/09/DOCU-2-2-1.pdf

https://www.ladepeche.info/wp-content/uploads/2020/09/DOCU-3-3.pdf

https://www.ladepeche.info/wp-content/uploads/2020/09/DOCU-4-4.pdf

https://www.ladepeche.info/wp-content/uploads/2020/09/DOCU-5-5.pdf

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici