Poursuite du dialogue itinérant dans la Donga:Joël Aïvo reçu dans la ferveur à Djougou

0
63

C’était la ferveur des grands jours à Djougou le samedi. Les alliés locaux du professeur Joël Aïvo ont mis les petits plats dans les grands pour faire de l’étape du dialogue itinérant dans la Donga, une étape exceptionnelle, ce samedi 19 septembre 2020. De l’arrivée de la Délégation du Rassemblement à son départ de la cité des Kpéitoni, Djara et Gnora, Joël AÏVO a été traité comme un fils du terroir et souffre politique chaleureusement accueilli.

«Faire renaître le Bénin que nous aimons»

Le Vendredi 18 septembre 2020 restera gravé dans le mémoire du professeur Aïvo. À 20 heures lorsqu’il fit son entrée dans la cité des Kpéitoni, une foule de jeunes gens à moto précède une file de véhicules stationnés. C’est l’escorte qui va accompagner la Délégation du Rassemblement 24 heures durant.

Klaxons à fond et tous clignotants en émoi, le cortège prend départ pour la résidence où passera la nuit l’hôte du weekend. Pendant les 20 minutes que dure le parcours, la ville est alertée, et sa curiosité suscitée. Une foule encore plus nombreuse va se masser à la résidence pour saluer la venue du professeur dans la cité des Kpéitoni, Djarra et Gnora. Joël Aïvo ne se prive pas d’aller au-devant d’elle, pour un moment de civilités. « Je voudrais vous dire merci pour votre chaleureux accueil et saluer votre mobilisation et votre enthousiasme à l’idée de libérer notre pays ».  Rendez-vous est pris pour le lendemain où est prévue la causerie sur l’état des lieux et les perspectives pour la Nation Bénin.

Samedi 19 septembre, à 9 heures, visites de courtoisie aux têtes couronnées. A chaque étape le professeur Aïvo ne manquera pas de présenter la démarche et la finalité du dialogue itinérant : « faire renaître le Bénin que nous aimons ». Il en a également appelé à leurs prières pour le Bénin, afin « que plus jamais, nos compatriotes ne trouvent la mort à cause de la politique ». Sa Majesté Kpéitoni, Roi central de la Donga est le premier à être visité. Civilités, prières, bénédictions et mots d’encouragement au professeur Aïvo et sa délégation pour leur engagement, ont été au menu de la visite. Cap ensuite sur le palais de Sa Majesté Bah Parapé, Roi de Djougou. Il est 10 heures. Autour du Roi, les chefs de lignées quasiment au complet. Ici également les civilités, prières et bénédictions. Et mieux encore : la délégation du Rassemblement avec à sa tête Joël Aïvo a droit à un exposé sur l’organisation et le fonctionnement du Royaume de Djougou. En résumé, trois fonctions régaliennes sont dévolues à la chefferie : paix, sécurité et développement. Entre autres valeurs caractérisant le royaume : la vérité, le respect de la parole donnée et la dignité humaine. Trois valeurs qui semblent avoir déserté le pays ces dernières années. Sa Majesté Bah Parapé a précisé à l’occasion que tout dirigeant ou aspirant à diriger, qui partage et porte ces idéaux, a le soutien de Djougou.

Les bénédictions reçues, le dialogue peut avoir lieu dans la Donga. Au centre Saint-Amboise, les leaders des quatre communes du département attendent patiemment leur hôte. Ce dernier est accueilli à 11 heures par la cavalerie et le tam-tam traditionnel. Ambiance de fête et des grands jours, le professeur Aïvo n’échappe pas au bain de foule version Covid-19 : distanciation sociale et masque facial obligatoires. A cette étape, Djougou semble avoir remporté la palme du dialogue itinérant. Les échanges, en salle, le confirmeront.

Convergence de vues entre Aïvo et la Donga

Quel est l’état de la Nation Bénin après quatre ans de gouvernance du Président Talon et que faire ? A cette même question, les trois réponses exprimées pendant la causerie du professeur Aïvo avec ses compatriotes de la Donga à Djougou, sont identiques. Aussi bien les femmes, les leaders de la Donga que le professeur lui-même, ont fait la même lecture de l’état de la Nation quatre ans après l’élection de Patrice Talon à la présidence de la République. Et leurs approches de solution se rejoignent.

Intervenant au nom de ses paires, la responsable du Mouvement des femmes engagées pour la candidature du professeur Joël Aïvo à la présidentielle de 2021, a laissé entendre que le peuple béninois croupit dans la précarité et a perdu la démocratie, la paix, la prospérité partagée et les libertés citoyennes. Elle a exprimé la détermination de ses paires et elle à lutter pour restaurer ce que le régime du président Talon leur a enlevé. Au nom de son mouvement, elle appelle Joël Aïvo à prendre la tête de leur lutte. « Depuis Djougou, nous vous donnons le récépissé, le quitus fiscal et le parrainage pour la présidentielle de 2021 », a-t-elle déclaré en s’adressant à qui de droit, et de préciser : « vos parrains, c’est nous le peuple, ce n’est nullement ceux désignés par les lois anti-démocratiques ». Pour la libération effective et totale de la Nation, les femmes de la Donga appellent tous les Béninois à se joindre à elles.

Les leaders de la Donga, par la voix de leur porte-parole, ont déploré l’oppression du peuple béninois. Ils ont dénoncé l’abandon des écoles, le manque de personnel dans les hôpitaux, le chômage des diplômés des universités, les pertes d’emploi en masse, la privatisation des structures publiques comme le Port et le parc de la Pendjari, le harcèlement fiscal des entreprises, la poursuite de citoyens poussés à l’exil, les élections exclusives et les réformes politiques qui compromettent la paix. Pour eux, il faut remettre le pays à l’endroit. Et ils appellent le professeur Aïvo à prendre le leadership de l’entreprise de reconstruction de la Nation.

A son tour de parole, Joël Aïvo a d’abord tenu à exprimer sa reconnaissance aux populations de la Donga pour leur accueil dans la cité des Kpéitoni, des Djara, des Atakora et des Gnora. « Je suis un homme très heureux, accueilli dans la fraternité, dans la chaleur, dans la ferveur » a-t-il laissé entendre. Il a ensuite abondé dans le même sens que ses prédécesseurs et promet que « dans quelques mois, nous allons desserrer la ceinture qui a été serrée jusqu’au dernier trou ces dernières années ». Le Constitutionaliste appelle la Donga à rester dans le même élan pour prendre sa pleine part dans l’entreprise de libération du pays. Mais constatant qu’à sept mois d’une échéance capitale qu’est l’élection présidentielle de 2021, ses compatriotes sont silencieux, il appelle tous les Béninois à « troquer contre la peur, l’espoir » pour « faire renaître le Bénin que nous aimons »

Une surprise à 1,7 millions

La grande surprise de la rencontre entre Joël Aïvo et les populations de la Donga est venue des femmes engagées pour sa candidature à la présidentielle de 2021. Avant de laisser partir l’hôte du jour, elles ont remis un chèque de un millions sept cent mille francs CFA à l’équipe du professeur en guise de contribution à sa candidature. La responsable de leur mouvement a expliqué que ce geste a pour but de joindre l’acte à la parole, de donner la preuve de leur engagement et de montrer la voie à suivre à tous les Béninois qu’elles appellent à les rejoindre dans la lutte de libération du pays. Une surprise à un 1,7 millions, le geste a laissé sans voix le professeur Aïvo et sa délégation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici