23 septembre 2021
Image default
AFRIQUE BENIN

Bénin/Devant la chambre des libertés et de la détention de la CRIET:La déclaration de Joël Aïvo

Alors qu’il revenait du campus de l’Université d’Abomey Calavi à la périphérie de Cotonou, c’est sur le pont de Togoudo que l’universitaire et opposant, Joël Aïvo, candidat recalé à la dernière élection présidentielle, sera arrêté par des policiers cagoulés puis placé en garde à vue. Il sera auditionné dans la soirée de jeudi 15 avril 2021 puis déposé en prison pour atteinte à la sureté et blanchiment de capitaux. Après 90 jours de détention préventive, il va comparaitre brièvement le 16 juillet. Surprise générale, alors même que le procès sur le fond n’a pas démarré, le Ministère public a demandé à la Cour de se déclarer incompétente, ce qui a suscité la désapprobation des avocats de la défense. “Le procureur a soulevé l’incompétence de la Cour qu’il a lui-même sollicité et on se pose la question de savoir si c’est du droit qu’on fait ou si c’est de la méchanceté gratuite”, dira Me Baglo. “C’est sûr que le 5 (août), il ne mettra pas Aivo en liberté et c’est cette ruse là qu’il faut dénoncer” a-t-il averti. Le 05 août 2021, le professeur Frédéric Joël Aïvo se retrouve donc devant la chambre des libertés et de la détention de la CRIET, où il fera la déclaration ci-après:     

Déclaration du professeur Frédéric Joël Aïvo devant la chambre des libertés et de la détention de la CRIET,

«Madame la présidente, madame et messieurs les membres de la chambre des libertés et de la détention, j’ai le sentiment d’avoir été recruté contre mon gré comme l’acteur principal d’un scénario judiciaire écrit par un réalisateur que tout le monde connaît. Depuis le 15 avril, j’ai été précipité dans un tunnel judiciaire ; arrêté sans aucun acte légal, sans convocation préalable ni mandat d’arrêt, je suis détenu depuis bientôt 4 mois dont 60 jours dans une cellule insalubre et indigne, et depuis lors, je suis maltraité et malmené judiciairement par le procureur spécial qui, pour me maintenir en prison, a violé impunément les règles de procédure et brûlé tous les feux rouges de l’administration de la justice.

Mais très humblement, je souhaiterais vous apprendre que malgré tout, au fond de la cellule où le procureur spécial m’a illégalement envoyé, seule face à ma conscience, dans le secret de ma détention, je suis un homme apaisé. J’ai la conscience apaisée d’avoir fait mon devoir pour notre pays, ce qu’un citoyen devrait faire avec ses idées pour apaiser et rassembler ses enfants.

Depuis 2016, j’ai tenté de faire vivre le pluralisme malgré les menaces. J’ai surtout, avec détermination, tenté d’aider notre pays à s’accrocher à la démocratie et à l’Etat de droit. Ça, je le reconnais. Je reconnais aussi que depuis 2019, j’ai renoncé au confort de ma vie, j’ai renoncé à mes engagements internationaux, j’ai renoncé à la tranquillité de ma vie familiale pour un engagement que j’ai voulu citoyen au service de mon pays et de mes compatriotes. Je ne suis donc pas un lâche qui se cacherait pour faire un complot. Je n’ai pas caché mes ambitions de proposer un projet présidentiel, de structurer une offre politique et d’engager une confrontation démocratique cordiale et courtoise avec le pouvoir et les autres candidats, dans le respect des lois de la république, y compris celles que j’ai critiquées. 

Madame la présidente, madame et monsieur les membres de la chambre des libertés et de la détention, c’est au regard de ces faits que je suis conscient d’une chose : je ne suis devant vous ce soir que parce que j’ai préparé au vu et au su de tous, une candidature à l’élection présidentielle d’avril 2021 ; si je n’avais pas été candidat, jamais je n’aurais été arrêté, détenu, poursuivi et présenté ce soir devant vous.

Depuis quatre mois, je suis détenu sans que personne, je dis bien, personne, ni la brigade économique et financière, ni le parquet spécial, ne m’ait dit quels fonds j’aurais blanchi, le montant que j’ai blanchi, l’argent de qui et de quelle origine criminelle. Du 15 avril 2021 à cette date, l’accusation ne m’a pas présenté un seul début de commencement de preuve d’un acte que j’aurais posé, de faits, de propos ou d’écrits venant de moi et attestant de ma participation à un quelconque complot contre l’autorité de l’Etat, ou encore de blanchiment de capitaux. Depuis ce jour où je suis censé avoir été pris en flagrant délit, rien, pas une seule preuve. Le procureur spécial demande maintenant, quatre mois après m’avoir pris selon lui en flagrant délit de commission de ces deux infractions, du temps pour vérifier et rassembler les preuves éventuelles. Pendant ce temps, je suis privé de ma liberté.

Pour finir, je voudrais vous demander de me laisser rejoindre mon épouse et mes deux enfants à qui j’ai été brutalement arraché le 15 avril. Je voudrais vous demander de me laisser poursuivre ce que je sais le mieux faire : enseigner, partager, conseiller, diffuser le droit, et surtout, tenir la main de celles et ceux de mes étudiants qui m’ont fait l’honneur de me confier l’encadrement de leurs mémoires de master et de leurs thèses de doctorat.

Je vous remercie. »

Articles Similaires

Vœux de nouvel an du Président de l’Usl à la nation/Sébastien Ajavon souhaite pour le Bénin une année du renouveau

Joseph Perzo

Bénin/Enseignement Supérieur:Deux notes circulaires”assassines”

Joseph Perzo

En exil depuis deux ans, Sébastien Ajavon souffle une bougie de plus: Noyé anniversaire, Séba

Joseph Perzo

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d’accord avec cela, mais vous pouvez vous retirer si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite