31 juillet 2021
Image default
BENIN SOCIETE

Département du Littoral/Orounla, comme Toboula?

Son absence du premier gouvernement de Talon 2 suscita étonnement en même temps que curiosité. Mais très vite l’entourage du chef de l’État rassura les uns et les autres. Alain Orounla, puisque c’est de lui qu’il s’agit, était appelé à d’autres fonctions. On le sut très tôt. L’ancien ministre en charge de la communication est nommé préfet du département du Littoral, poste occupé entre temps par un certain Modeste Toboula, Et certains de nos compatriotes trouvent des points de similitude entre les deux hommes. Alors, Orounla comme Toboula ?

Le département du Littoral ne ressemble à aucun autre des départements du Bénin. La principale raison réside en ce que le chef-lieu du Littoral n’est rien d’autre que la capitale économique du pays, Cotonou. Le Littoral représente donc un enjeu colossal politique.  Cotonou pour le Bénin, c’est Paris pour la France. Conséquence, le Littoral a ses particularités que ne connaissent pas les autres départements. En somme, Cotonou n’a jamais été facile à administrer. On se souvient de toutes les difficultés auxquelles les prédécesseurs de Orounla furent confrontés. Qu’il s’agisse de Barnabé Dassigli ou même de Modeste Toboula, la mission ne fut guère aisée ni pour l’un ni pour l’autre. Concernant Modeste Toboula, son règne fut marqué par beaucoup d’événements. Pas toujours heureux. Comme ce fut le cas de l’ancien ministre de la communication. 

Comme l’autre ?

A la nomination de Alain Orounla en qualité de préfet du Littoral, nombreux sont les Béninois qui craignent que Cotonou revive certains cenarios observés sous le règne de Modeste Toboula. Scénarios que d’aucuns avaient assimilé, à tort ou à raison, à des dérapages. 

Surtout que le nouveau préfet a annoncé les couleurs à sa prise de fonction :”Je ne frémis point, donc je n’ai pas peur. Je saurai, avec votre accompagnement et en toute humilité et douceur mais avec la fermeté qui sied à un travail républicain, donner le cadre, l’environnent et ”l’espace pour que Cotonou soit une ville pareille aux autres capitales du monde…”Le ton est  donné. Alain Orounla tombera t il dans les mêmes travers que Toboula ?  

Le premier défaut relevé et chez Modeste Toboula et chez Alain Orounla, dans l’exercice ou à l’occasion de l’exercice de leurs fonctions a nom le zèle. 

Aussi bien Modeste Toboula que Alain Orounla, certainement désireux de plaire ou de paraître particulièrement actifs aux yeux du chef, versent parfois dans un zèle de mauvais goût, de nature à compromettre celui qu’ils pensent servir. Les exemples sont légion. Et il n’est point Utile de se mettre à les ressasser. Dans tous les cas, les Béninois, en particulier les Cotonois, ne sont pas prêts à revivre les déviances comportementales de  leur préfet. 

En sa qualité de praticien du droit, on peut espérer que l’avocat saura éviter certaines erreurs administratives afin de mériter effectivement la confiance que le chef du gouvernement a placée en lui en le nommant à ce poste, Quant aux Cotonois, ils attendent de leur nouveau préfet un administrateur soucieux du mieux être de ses administrés. 

Par Manu Folashadé

Encadré 

Circulation des poids lourds dans le Littoral/Alain Orounla prend un arrêté préfectoral

Alain Orounla, ministre de la Communication et de la poste, porte parole du gouvernement, élevé au rang de “Commandeur de l’Ordre National du Bénin” ce mardi 18 mai 2021

Une nouvelle règlementation sur la circulation des véhicules poids lourds dans le département du Littoral est désormais disponible. Elle a été prise ce samedi 5 Juin 2021 à travers un arrêté préfectoral du préfet Alain Orounla.

Installé après sa nomination à la tête de la préfecture de Cotonou, Alain Orounla a pris un acte administratif sur la sécurité routière des usagers de la ville de Cotonou. En effet, à travers un arrêté préfectoral pris ce samedi 5 Juin 2021, le chef du département du Littoral a réorganisé les horaires de circulation des véhicules poids lourds.

Selon ledit arrêté, les véhicules concernés n’ont plus le droit de circuler dans la ville de Cotonou entre 6h-30 minutes et 8h-30 minutes pour la matinée et de 17h-30 minutes à 20h-30 minutes pour la soirée. Cette exigence n’est pas nouvelle puisque les prédécesseurs de l’ancien ministre de la communication, Alain Orounla avaient également pris des notes pour définir les horaires de trafic des véhicules poids lourds dans le département; mais ces exigences, la plupart du temps, ne sont pas respectées.

Par ailleurs, dans l’article 2 de cet arrêté, l’autorité préfectorale a défini aux conducteurs des camions citernes qui approvisionnent en hydrocarbures le port et l’aéroport de Cotonou pour leurs dessertes circonstancielles aux heures de pointe, un itinéraire bien défini.

L’itinéraire défini pour les camions citernes

Pour ces dessertes circonstancielles aux heures de pointe, les itinéraires prévus se présentent comme suit: Port-avenue de la Marina-aéroport d’une part, et dépôt Sonacop-3ème pont-carrefour Ocbn-avenue de la Marina-port/aéroport, d’autre part.

Aussi, les stationnements de camions tout azimut dans les ruelles de Cotonou sont également interdits dans le nouvel arrêté préfectoral. Ces mesures sont prises dans le cadre des mesures sécuritaires en faveur des usagers des axes routiers du département du Littoral.

Par Edouard Djogbénou

Articles Similaires

Le talk de Réckya Madougou/”Nous serons leurs prisonniers pour délivrer ce pays”

Joseph Perzo

Comparution de Joël Aïvo devant la Criet le 15 juillet/«Que le procès soit public, médiatisé et diffusé partout comme pour ICC»

Joseph Perzo

Vœux de nouvel an du Président de l’Usl à la nation/Sébastien Ajavon souhaite pour le Bénin une année du renouveau

Joseph Perzo

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d’accord avec cela, mais vous pouvez vous retirer si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite