31 juillet 2021
Image default
BENIN MONDE

Illégalité et clandestinité pour défaut de passeports valides/Le cauchemar des béninois de la diaspora

De nombreux béninois de la diaspora vivent un véritable cauchemar depuis quelques mois et pire encore à la suite de la brouille intervenue entre l’opérateur  GEB Afrique en charge de la réalisation des titres de voyages à savoir, passeports, visas et cartes de résident…Geb-Afrique a été contrainte par le gouvernement, de mettre hors d’usage ses installations techniques. Aussi, le redéploiement de la carte diplomatique est bien loin de faciliter les choses. Les compatriotes dont la validité des documents est arrivée à expiration et vivant dans certaines zones telles que l’Amérique du Nord, l’Asie etc…se retrouvent depuis, en situation de «sans papiers», plongés dans la clandestinité et l’illégalité. Etant entendu que dans certains de ces pays où résident des béninois, un passeport expiré est passible d’emprisonnement et d’autres déconvenues.  L’Etat du Bénin, à travers le ministère en charge  des affaires étrangères se refuse de proroger, même de quelques mois, la validité des titres en attendant l’implantation dans certaines zones de concentration, du kit d’enrôlement devant permettre l’établissement en bonne et due forme des documents.

Je peux vous assurer que cette question a été prise au sérieux par le gouvernement qui en sa séance d’aujourd’hui a décidé de l’envoi de missions conjointes d’agents consulaires, d’agents d’émigration et de l’immigration, aux fins d’établir ces passeports biométriques qui vont enfin permettre à certains de nos compatriotes de sortir de la clandestinité ou dans l’illégalité dans laquelle cette situation les a plongés depuis quelques mois. Je  crois que nos compatriotes ont raison et la réponse a été trouvée“. Ces propos du ministre Agbenonci, tenus en juin 2016 alors que se posait avec acuité, le problème de renouvèlement des passeports aux béninois de la diaspora vient comme un cinglant rappel, reposer la sempiternelle question de la protection et du suivi légitimement attendus de l’Etat par ses ressortissants, où qu’ils se trouvent.

Dans certains pays où résident des béninois tels que la Chine, le Canada etc., la situation d’illégalité résultant d’un problème de passeport est prise très au sérieux par les autorités locales qui ne tolèrent aucun écart quant aux questions de l’immigration. Dès lors, un passeport en règle intègre toute sa valeur de  pièce incontournable pour son détenteur. Mieux,  il existe plusieurs catégories de personnes de nationalité béninoise vivant dans ces pays. On peut  citer les étudiants,  les travailleurs, les résidents etc… Mais il importe de s’attarder sur les cas particuliers des étudiants et des travailleurs. Il s’agit d’étudiants avec un permis d’étude, et les travailleurs détenant  un permis de travail ce sont des personnes bénéficiant de statut temporaire dans le pays de résidence. Ces deux catégories de béninois vivant dans la diaspora connaissent diverses fortunes. Dans tous les cas, à l’expiration du délai de validité de leurs passeports et en cas d’impossibilité de renouvellement, ils tombent de facto dans l’illégalité et  n’ont du coup qu’une seule issue: la clandestinité. A Dieu donc, permis d’étude ou de travail. C’est ce drame que vivent depuis quelques mois déjà, de très nombreux béninois vivant dans la diaspora, qu’ils soient étudiants ou travailleurs résidents.

Aurelien Agbenonci, ministre béninois des affaires étrangères

Des démarches menées auprès du consulat et des nombreux appels ou cris de détresse lancés auprès du ministre en charge des affaires étrangères, il est répondu aux requérants d’Europe ou du Canada, de quitter leurs lieux de résidence pour se rendre à Paris où se trouve un dispositif d’enrôlement. Ceci n’est ni plus ni moins que suicidaire pour les personnes concernées, d’autant qu’il leur est impossible d’obtenir le moindre visa, faute de passeports valides. Tenter cette aventure reviendrait à mettre en péril le statut de résident, car il faut tout reprendre à zéro. Des centaines de béninois vivent ce cauchemar depuis quelques mois et ne savent encore à quand le bout du tunnel.

A Cotonou, un cadre du ministère en charge des affaires étrangères, sous le sceau de l’anonymat nous a laissé entendre que ce problème est bien réel et est surtout accentué par la rupture de contrat intervenu dans les conditions qu’on sait entre le gouvernement du Bénin et l’opérateur Geb-Afrique qui intervenait pourtant depuis déjà 20 ans dans l’établissement des divers titres de voyages.

Depuis l’arrêt de ses prestations, un autre opérateur lui a été substitué, mais n’est pas encore en mesure de déployer les kits dans les zones de fortes concentrations de communautés béninoises. Et dire que l’ancien opérateur, en l’occurrence Geb-Afrique avait pourtant équipés en kits, nombre de consulats et y déployait le personnel adéquat. De lourds investissements hypothéqués, du fait de la remise en cause unilatéral du gouvernement béninois. Même la demande de payement des prestations effectuées par l’opérateur Geb-Afrique depuis deux ans sont demeurées impayées. A tout ceci vient se greffer le cas préoccupant des béninois de la diaspora, contraints de se retrouver en situation illégale, loin de leur pays.

Vivement que des solutions rapides et durables soient trouvées pour voler au secours de toutes ces personnes concernées.

Frantz Axel Messana

Articles Similaires

Afrique gouvernance/Élections controversées, missions d’observation contestées

Joseph Perzo

Bénin/L’État annonce dégager 74 milliards pour soutenir populations et entreprises: Les vraies fausses mesures sociales

Joseph Perzo

Présidentielle 2021:Le Bénin n’est pas à l’abri d’une crise électorale

Joseph Perzo

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d’accord avec cela, mais vous pouvez vous retirer si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite