27 novembre 2021
Image default
BENIN ENQUÊTE

Porto-Novo/Fait de société Symphorosa: homosexuelle et indésirable

Un fait divers a défrayé les chroniques et fait encore le buzz à Porto-Novo, la capitale administrative du Bénin. C’est à Agbokou, un quar- tier bien connu, niché dans le 3ème arrondissement qu’une concession d’apparence calme s’est révélée aux voisins comme étant l’abri d’un groupe de femmes d’un genre…bizarres. Aux yeux du voisinage, en effet, une femme jeune d’origine camerounaise se livrerait à des actes sexuels peu orthodoxes. Elle aurait des penchants homosexuels. Ceci a valu à l’infortunée Mlle Mapondjou Nguetsop Symphorosa, 26 ans, d’être vouée aux gémonies, devenant ainsi, la risée des voisins.

 Calme de nature et joviale avec ses cohabitants, Symphorosa, communément appelée Rosa la Camerounaise, n’est plus en odeur de sainteté d’avec ses voisins de la cour commune dont elle occupe depuis bien long- temps, l’un des appartements. Les chuchotements voisins, les com- mérages doublés des regards de connivences ont fi ni par faire comprendre à la jeune fi lle, qu’elle n’est plus la bienvenue au sein de cette communauté où elle se sentait si bien adoptée et si bien insérée. Et pour cause, la jeune camerounaise assumerait un choix sexuel qui heurte aussi bien les traditions que les croyances de bon nombre de Béninois.

Mlle Mapondjou Nguetsop Symphorosa, recherchée

Mlle Mapondjou Nguetsop Symphorosa, stygmatisée

Du jour au lendemain, la jeune fille se retrouve dans une spirale de rejet sur fond d’homophobie. Interrogée, dame Tchabi P., voisine de Symphorosa n’a nullement caché son dédain pour l’orientation sexuelle de la Camerounaise qui ne recevait jamais les visites de personnes du sexe opposé si ce ne sont des jeunes filles comme elle. Très tôt Intriguée par ses comportements bizarres, ajoute dame Tchabi, «j’ai dû prendre mes responsabilités en interdisant à ma fille, étudiante de 19 ans la fréquentation de cette personne».

Mise ainsi à l’index, le «cas» de la jeune fille sera signalé au propriétaire- loueur de son appartement. Ce dernier, sous la clameur et la pression du voisinage a donné un préavis à l’amiable et sans conditions à sa locataire, assorti d’une convocation de la police du commissariat du 3ème arrondissement de Porto-Novo dont Réf. MC/1151/19. Jusqu’à l’heure où nous mettons sous presse, la jeune fi lle n’a pas encore déféré à cette convocation.

Convocation Réf. MC/1151/19 délivrée par le commissariat de police

Que disent les lois du pays ?

Au Bénin, les personnes lesbiennes, gays, bi-sexuelles, et transgenres (LGBT) font face à des problèmes légaux que les résidents non-LGBT n’affrontent pas, même si les relations sexuelles entre personnes de même sexe sont reconnues comme légales.

Il n’existe aucune protection juridique contre la discrimination fondée sur l’orientation sexuelle. Bien que l’article 36 de la Constitution Béninoise stipule clairement que:

«Chaque Béninois a le devoir de respecter et de considérer son semblable sans discrimination aucune et d’entretenir avec les autres des relations qui permettent de sauve- garder, de renforcer et de promouvoir le respect, le dialogue et la tolérance réciproque en vue de la paix et de la cohésion nationale.» Au Bénin, il existe de nombreuse associations LGBT à Cotonou, Porto Novo et Parakou, parmi lesquelles : entre autres, Bénin Synergie Plus (BESYP), AFRO Bénin ;

l’Union pour la Solidarité, l’Entraide et le Développement (USED); les Amis de Sans Voix ; Hirondelle Club Bénin; et Tous Nés Libres et Égaux etc…

Dans leurs rapports, certaines de ces organisations affirment que les LGBT du Bénin qui vivent publiquement leur orientation sexuelle sont parfois victimes de discrimination, de harcèlement, de violence et d’extorsion de fonds. Quelques cas ont été rapportés.

•             Malgré l’absence de preuve contre lui (à part un ami qui a répondu affirmativement à la question d’un policier au sujet de son homosexualité), un étranger a passé deux mois dans une prison béninoise en 2006 en attente de procès pour des accusations fabriquées probablement concernant l’outrage à la pudeur publique fondées sur son homosexualité. Heureusement, il a été rapidement libéré sous caution de 700 000 F, mais il n’a rien entendu depuis et son cas pourrait être rouvert n’importe quand.

•             Une femme béninoise transgenres à Parakou a été attaquée dans la première décennie des années 2000 avec un couteau. Elle possède plusieurs cicatrices sur son bras.

•             Hirondelle du Club Bé- nin, une association LGBT créée en mars 2013 et basée à Cotonou, a do- cumenté, à partir d’avril 2013, 15 adolescents sans-abri qui ont été chas- sés de leurs maisons en raison de leur orientation sexuelle.

 ENCADRE: L’homosexualité (terme datant du XIX e siècle) désigne une forme de mono sexualité caractérisée par une attirance sexuelle ou par des sentiments amoureux envers une personne du même sexe. L’homo- sexualité fait partie de la sexualité humaine et se retrouve dans tous les groupes ethniques.

Articles Similaires

Bénin/Interdiction de délivrance des actes de l’autorité aux “personnes recherchées”: La porte ouverte à l’insécurité juridique

Joseph Perzo

Bénin/Rékya Madougou: Catapultée comme Lionel Zinsou

AtaviDjo

Justice/Précisions sur le dossier Sébastien Ajavon contre l’Etat béninois- Ordonnance de la Cadhp: portée, fondements et conséquences pour le Bénin

Joseph Perzo

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d’accord avec cela, mais vous pouvez vous retirer si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite