31 juillet 2021
Image default
BENIN SOCIETE

Situation sociopolitique tendue/Les centrales syndicales menacent de passer à l’action si…

Cinq centrales syndicales ont brisé le silence et donné de la voix face à la nouvelle tournure que prennent les évènements depuis le 6Avril 2021. Situation caractérisée par des manifestations un peu  partout sur le territoire national. On y déplore déjà des pertes en vies humaines ainsi que de nombreux dégâts matériels. Les centrales syndicales fustigent l’attitude belliqueuse du pouvoir et le manque d’initiative heureuse et efficace des acteurs politiques face à la crise. De même les travailleurs dénoncent la montée des propos régionalistes susceptibles de mettre à mal l’unité et la. Cohésion nationales. Aussi, les centrales syndicales invitent les uns et les autres à privilégier le dialogue pour sortir le pays de l’impasse. Dans le cas contraire les centrales syndicales signataires de ladite déclaration menacent de passer à l’action en prenant leurs responsabilités. Et ce n’est pas souvent beau en pareilles situations. Ces centrales syndicales ont nom la CGTB, L’UNSTB, LA CSUP, LA CSPB (Lire la déclaration).- M.F

DECLARATION DES CENTRALES ET CONFEDERATIONS SYNDICALES SUR LA SITUATION

SOCIO-POLITIQUE DU BENIN

Les secrétaires généraux de la CGTB, de l’UNSTB, de la CSTD, de la CSPIB et de la CSUB se sont réunis ce vendredi 9 avril 2021 à la bourse du travail à Cotonou pour analyser la situation socio-politique nationale.

Des constats faits, il ressort que :

             – pour la deuxième fois en moins de deux ans, le Bénin est à nouveau confronté à une crise politique majeure ; 

*- cette crise intervient dans un contexte politique très tendu entre la mouvance et l’opposition et tire sa source des reformes politiques mises en œuvres ces cinq dernières années ;

*- la crise latente depuis un moment est entrée dans sa phase active par des manifestations notées dans plusieurs régions du pays depuis la nuit du 5 avril 2021 :

*- face aux manifestations, le gouvernement a déployé des forces armées dans les régions les plus touchées notamment certaines communes du département des collines et de la région septentrionale du pays ;

*- comme on pouvait s’y attendre, la crise actuelle  engendre déjà des pertes en vies humaines et de blessés graves parmi les paisibles populations et les travailleurs ;

*- plus grave, des propos régionalistes, attentatoires à l’unité nationale et à la cohésion entre les fils et filles du Bénin refont surface.

Les organisations syndicales signataires de la présente déclaration :

▶️ condamnent les violences et les actes de vandalisme enregistrés ça et la et appellent les forces armées à rester professionnelles et dans leur rôle de protection de la population et non de bourreaux de celle-ci. En toutes circonstances, elles doivent  garder une posture Républicaine.

▶️ expriment leur déception par rapport à la classe politique et lui  rappellent que le peuple béninois est un et indivisible. Aucun enjeux politique ou électoral, ne doit engendrer les escalades et dérives qui mettent à mal notre devise et voue aux gémonies le vivre ensemble, pierre angulaire de la construction d’une république démocratique telle que conçue par les clauses consensuelles de la conférence nationale des forces vives de février 1990.

▶️ rappellent au Chef de l’Etat, que c’est à lui que le peuple béninois a confié sa destinée en 2016 et que de ce fait, il lui incombe d’œuvrer en premier pour la paix en adoptant une posture favorable à sa culture. Il lui revient d’user du dialogue et de la négociation pour ramener la paix. Le dialogue a été le terreau sur lequel a poussé la démocratie béninoise et recours doit lui être régulièrement fait pour régler les divergences de toutes natures.

Prenant en compte tout ce qui précède, les organisations syndicales appellent l’ensemble de la classe politique à une évaluation responsable de la situation que traverse en ce moment notre unique patrie, le Bénin pour que, dans un sursaut patriotique, ses fils et filles puisent dans leur génie collectif l’idoine solution pour bâtir autrement le Bénin de leurs Ancêtres.

En tout état de cause, les acteurs en présence sont invités à mettre fin à cette situation intolérable qui n’a que trop durée, faute de quoi les travailleurs prendront leur responsabilité, comme par le passé, pour sonner le glas de cette douloureuse récréation.

C’est pourquoi, les centrales et confédérations syndicales ci-dessus exigent :

1-            l’arrêt immédiat du déploiement des forces armées aux fins de mater les paisibles populations ;

2-            le recours sans délai au dialogue et à l’esprit de la conférence nationale de 1990 ;

3-            l’adoption en urgence, en tout cas avant le 11 avril 2021, d’un agenda consensuel de reconstruction de notre vivre ensemble et de relance du processus démocratique.

Enfin, tout en exprimant la compassion de la classe ouvrière aux familles des victimes, les centrales et confédérations syndicales invitent l’ensemble des travailleurs et tout le peuple béninois épris de paix et de justice à garder son calme et à ne céder à aucune provocation d’où qu’elle vienne.

Fait à Cotonou, le 9 avril 2021

Ont signé :

Pour la CGTB, Moudassirou BACHABI

Pour l’UNSTB, K. Appolinaire AFFEWE                                                 

Pour la CSTD, Kuassi CAKPO BESSE

Pour le SCPIB, R. Clarisse FANDI épse GNANHOUI

Pour la CSUB,

Christophe HOUESSIONON

Articles Similaires

Bénin/Suspension de la connexion de l’internet le 28 avril 2019: Les responsabilités de MTN et MOOV engagées

Joseph Perzo

Médias/Au Bénin, Patrice Talon passe à la guillotine la liberté de presse

Joseph Perzo

Leadership et entrepreneuriat :L’ONG APrEn-Jeunes renforce les capacités des jeunes et futurs bacheliers

Joseph Perzo

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d’accord avec cela, mais vous pouvez vous retirer si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite