3 mars 2021
Image default
BENIN

Table ronde des médias/La presse Béninoise, face à ses défis

Sur invitation du président du Cnpa-Bénin, Patrons de presse et  professionnels des médias se sont retrouvés le 19 février 2021 à la salle polyvalente de Bleue Zone à Cotonou, pour évaluer l’état des lieux, poser sans complaisance le diagnostic de la presse béninoise en vue d’en projeter les perspectives. Une journée laborieuse qui va déboucher sur de solides engagements et de résolutions hardies, préconisées par les délégués et consignées dans le rapport général. Mieux, un comité de suivi a été mis en place pour veiller à une bonne conduite des actions.     

La cérémonie d’ouverture de cette table ronde des médias du Bénin a enregistré la présence effective des délégués invités, des personnalités et représentants d’institutions qui se sont succédés au pupitre pour délivrer leurs différents messages, ponctués par l’allocution du président/Cnpa et du discours d’ouverture du conseiller à la Haac, Franck Kpotchémé, représentant le président de l’institution.

Dans son discours introductif Seth Evariste Hodonou, le président a au nom du Conseil National du Patronat de la Presse et de l’Audiovisuel, souhaité la bienvenue à tous, à cette importante rencontre qu’est la table ronde des médias du Bénin. Il plante le décor et rappelle aux participants que les travaux vont s’articuler autour de l’état des lieux et des perspectives de la corporation.

Pour rappel, les présentes assises de la presse et des médias du Bénin se tiennent à la suite de deux autres rencontres majeures dans la vie de la presse à savoir, les premiers états généraux de la presse en 2002 et les deuxièmes en 2014.

Un diagnostic sans fard

Il est vrai, de l’eau a coulé sous les ponts. Depuis l’avènement du gouvernement de la Rupture en 2016, la presse béninoise a connu des mutations, des crises, et aussi quelques avancées a rappelé Evariste Hodonou qui a confessé que la presse a encore de réelles appréhensions quant à son développement et ses perspectives. La période couvrant 2016 à 2021, reste à n’en point douter, l’une des étapes ayant fondamentalement marqué le cheminement de la presse ces cinq dernières années.

Face à ce tableau très peu rose, il importe donc de procéder froidement à l’état des lieux de la presse béninoise, poser le diagnostic en vue d’en projeter les perspectives. Analyse faite, il apparait que ce quinquennat a été très éprouvant pour la presse béninoise. Le paysage médiatique déjà en proie à des problèmes de survie s’est vu projeté dans une zone de turbulence qui va mettre à rude épreuve ses fondations et compromettre l’existence de  nombre d’entreprises de presse. Quant à l’état de la liberté de presse, il laisse à désirer au regard des performances et lauriers engrangés jusqu’en 2016 où, decrescendo, la presse amorce à travers différents rapports, une vertigineuse descente. Des espaces de liberté s’amenuisent avec l’emprisonnement de journaliste ainsi que la fermeture d’entreprises de presse avec son cortège d’emplois sacrifiés et des familles en désarroi.

La presse privée, délaissée

Par une mauvaise répartition et ou la raréfaction de la manne publicitaire, les entreprises de presse en profonde difficultés économiques, mis à part les méfaits de la Covid-19, les organisations faitières des médias sous perfusion, parce que sevrées de la subvention qu’est l’aide de l’Etat à la presse privée,  

Le rôle éminemment primordial de la presse Béninoise depuis l’historique Conférence nationale en passant par toutes les étapes importantes qui ont ponctuées l’existence de cette nation lui valent bien une attention plus soutenue des gouvernants de ce pays. Le destin de la presse ne doit en rien s’assimiler à celui d’une orange pressée, sucée puis jetée. La presse, qu’elle soit de service publique ou du secteur privé reste UN SERVICE PUBLIC par excellence.

Appel à réhabiliter le quatrième pouvoir

Les institutions nationales et internationales, les hommes d’affaires ou autres investisseurs se doivent de voir à travers la presse, un allier, que dis-je, un partenaire de premier choix.

La presse demeure le baromètre d’un pays. Si la presse vit et s’épanouit, nul doute que les autres compartiments de la société vivront et s’épanouiront. La presse béninoise, ses acteurs et promoteurs se retrouvent donc une nouvelle fois autour d’une table ronde pour réfléchir, et déboucher sur les voies et moyens pouvant insuffler une nouvelle dynamique et ouvrir d’heureuses perspectives à leur secteur. Pour y parvenir, de larges horizons seront explorés, des décisions et résolutions hardies seront adoptées.

Pour une presse assainie, responsable et autonome

La table ronde des médias du Bénin, c’est l’univers de toute la corporation passé sans complaisance au scanner d’éminentes et éminents contributeurs pour un excellent diagnostic assorti de préconisations idoines aussi pour la presse écrite et digitale, les radios commerciales, communautaires et digitales, la télévision TNT et Web Tv.

Nous nous tracerons les chemins, en nous donnant aussi bien les moyens que les outils pour relever le défi d’une presse libre, autonome et responsable a martelé le présidents du Cnpa-Bénin.

Articles Similaires

Appelé à se prononcer sur les 4 piliers de son projet de société:Joël Aïvo à bâtons rompus avec la Diaspora Béninoise, ce dimanche.

Joseph Perzo

Interview/Question à une égérie: Aledjo Maora se dévoile

Joseph Perzo

Opinion de Julien Kandé Kansou/Théophile Yarou:le Jockey des Fcbe?

Joseph Perzo

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d’accord avec cela, mais vous pouvez vous retirer si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite