23 septembre 2021
Image default
AFRIQUE SOCIETE

Tribunal criminel d’Abidjan/Guillaume Soro condamné à perpétuité

L’ancien premier ministre et ancien président de l’Assemblée Nationale de Côte-d’Ivoire n’est pas au bout de ses peines. Guillaume Kigbafori Soro vient d’être condamné par contumace et à perpétuité par le tribunal criminel d’Abidjan

C’est à l’issue d’une décision rendue par le tribunal criminel d’Abidjan que l’ancien premier ministre de Laurent Gbagbo, l’ex-président de l’Assemblée nationale (2012-2019),Guillaume soro, qui vit en exil depuis deux ans, a été condamné à la prison à vie. Une décision qui vient chevaucher celle le poursuivant lui et 19 de ses alliés pour tentative d’atteinte à l’autorité de l’État et complot, diffusion de nouvelles fausses et troubles à l’ordre public.

Anticipation de l’appareil judiciaire Ivoirien?

 Verdicts iniques ou acharnement politique sont autant d’interrogations qui ressortent de la déclaration de Guillaume Soro suite à sa condamnation en Côte d’ivoire. L’homme  prétend que: “Ce procès aura démontré, une fois de plus, la compromission de l’appareil judiciaire ivoirien et sa soumission volontaire aux diktats de l’Exécutif”.

 Rappelons que son avocate Affoussy Bamba qui est également en exil  encourt 20 ans d’emprisonnement . Cette même peine est requise à  l’encontre de son directeur de protocole Soul to Soul et les militaires de sa garde rapprochée, condamnés pour tentative d’atteinte à l’autorité de l’État et complot. Ces derniers ont comparu lors du  procès entamé le 19 mai dernier. Tous accusés d’avoir fomenté une insurrection contre l’ Etat. D’un autre côté, Alain Lobognon. L’ancien ministre et l’ex-député est poursuivi  pour diffusion de nouvelles fausses, pour la conférence de presse au cours de laquelle il a accusé les autorités ivoiriennes d’avoir empêché l’avion de Guillaume Soro d’atterrir à Abidjan.

Dossier réalisé par Verlaine Pothins et Frantz Axel Messana

Prison à vie pour Guillaume Soro

Accusé de « complot »,« tentative d’atteinte contre l’autorité de l’État » Guillaume Soro condamné à la prison à vie..

Le verdict est tombé ce mercredi 23 juin. L’ancien Premier ministre ivoirien et ex-chef rebelle Guillaume Soro a été condamné en son absence à Abidjan, à la prison à perpétuité pour « atteinte à la sûreté de l’État » pour des faits commis fin 2019. Guillaume Soro, 49 ans ,qui vit en exil, et ses coaccusés étaient accusés de « complot »,« tentative d’atteinte contre l’autorité de l’État . La cour d’assises d’Abidjan a donc suivi les réquisitions du parquet et a également ordonné la confiscation des biens de Guillaume Soro et de ses 19 partisans , ainsi que la dissolution de son mouvement, le GPS

Rappelons que  “Pour son cas , ce sera la prison à perpétuité”, avait déclaré en octobre le président Alassane Ouattara au sujet de son ancien allié car ce dernier était accusé d’avoir fomenté avec ses partisans, une “insurrection civile et militaire” visant à renverser le pouvoir lors de son retour avorté en Côte d’Ivoire en décembre 2019, dix mois avant l’élection présidentielle d’octobre 2020.

Face à cette situation, L’ancien Premier ministre ivoirien n’est pas resté sans mots sur cette condamnation , car pour lui ” Ce procès aura démontré, une fois de plus, la compromission de l’appareil judiciaire ivoirien ” de même que ” sa soumission volontaire aux diktats de l’Exécutif “. Même si ce dernier a promis de ne pas “renoncer à ce combat”.

Déclaration de Guillaume Soro suite a sa condamnation en Cote d’ivoire

La justice de Côte d’Ivoire vient de prendre devant l’Histoire, la sinistre responsabilité de prononcer contre mes compagnons, mes frères, certains membres de ma sécurité et moi-même, des condamnations allant de la perpétuité à 17 mois d’emprisonnement ferme.

Elle prononce également la dissolution de Générations et Peuples Solidaires (GPS), mouvement politique et citoyen, créé dont je suis le Président.

Je rejette totalement ces verdicts iniques, prononcés en dehors de toutes les règles de droit et dictés uniquement par des considérations d’ordre politique.

Il n’est caché à personne que le but ultime de ce procès est de porter un coup d’arrêt au projet politique dont je suis porteur et de m’écarter définitivement du jeu politique en Côte d’Ivoire.

Ce procès aura démontré, une fois de plus, la compromission de l’appareil judiciaire ivoirien et sa soumission volontaire aux diktats de l’Exécutif.

Ces verdicts viennent renforcer ma conviction qu’il faut se battre courageusement et sans faiblesse contre la captation de l’État ivoirien et la mise sous tutelle de toutes ses institutions.

Je ne renoncerai pas à ce combat.

Articles Similaires

L’Afrique face à la COVID-19,un continent méconnu

Joseph Perzo

Social/4ème jour de périple des cinq meilleurs bacheliers: A la découverte de la maison du Bénin à Paris

Joseph Perzo

Veille citoyenne/Bénin:Société civile sous anesthésie

Joseph Perzo

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d’accord avec cela, mais vous pouvez vous retirer si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite