La Depeche
Culture

Restitution du patrimoine africain : où en sont les pays européens ?

La France qui vient de rendre ce 9 novembre 26 œuvres au Bénin n’est pas le seul pays engagé dans le retour du patrimoine africain. D’autres anciennes puissances coloniales européennes se lancent également dans des procédures de restitution d’œuvres africaines pillées. État des lieux de ces processus de restitution.

La France doit rendre des œuvres au Sénégal, à la Côte d’Ivoire ou à Madagascar
Au delà des 26 pièces du « Trésor de Béhanzin » provenant du pillage du palais d’Abomey en 1892 et restituées au Bénin, la France s’est engagée à poursuivre le processus de restitution du patrimoine aux pays africains.

Le Sénégal doit ainsi prochainement récupérer la pleine propriété d’un sabre et de son fourreau attribués à El Hadj Omar Tall, grande figure militaire et religieuse ouest-africaine du XIXe siècle. Ce sabre est déjà exposé à Dakar dans le cadre d’un prêt de longue durée, mais il est détenu par le Musée de l’Armée à Paris.

Une loi votée fin 2020 a rendu possible ces restitutions au Bénin et au Sénégal en permettant des dérogations au principe d' »inaliénabilité » des œuvres dans les collections publiques, dans le cas de pillages caractérisés.

Fin 2020, la France a par ailleurs remis en « dépôt » à Madagascar une couronne en métal doré et velours. Celle-ci surmontait le dôme du dais royal de la Reine Ranavalona III. La souveraine malgache avait résisté pendant son règne (1883-1897) au colonialisme français.

Articles Similaires

1ère édition de CADANA-Bénin/La Capoeira et les danses nationales à l’honneur

Joseph Perzo

Exposition/ »Changement climatique de la terre et de l’espace »:Coffi, peintre, esthète et grand défenseur de la nature

Joseph Perzo

Musique/ ISACCO, une passion dévorante

Joseph Perzo

Laissez un commentaire