La Depeche
Bénin Politique

Bénin/Décryptage post électoral: « Ils sont allés à Canossa »

dixit: Candide Azannaï

Candide Azannaï, face à la presse ce samedi 14 janvier 2023. Le Président du parti Restaurer l’Espoir (RE) fidèle à ses habitudes, décrypte sans détour, les résultats des législatives proclamés aussi bien par la Cena que la Cour constitutionnelle. Avec les 28 sièges engrangés sur un total de 109, le parti les démocrates est bien loin de peser de quelque manière que se soit sur l’évolution des choses au parlement, affirme l’homme politique. Pour le président du parti Restaurer l’Espoir (RE), les Démocrates ne sont pas de l’opposition, mais plutôt dans la compromission. Suivre l’entretien spécial de décryptage ou visualiser en format vidéo, l’intégralité des échanges avec les journalistes, Jacques Boco, Virgile Ahouansè et Jos-Perzo Anago.  

Journaliste : Président Candide Azannaï, au finish, les Béninois sont allés aux urnes le 8 janvier 2023 puis les institutions de la République à savoir la Cena et la Cour constitutionnelle ont proclamé les résultats du scrutin. Quels sont vos sentiments ou quelles sont vos impressions par rapport à ces résultats ?

AZANNAI : Vous avez dit que les Béninois sont allés aux urnes. Les Béninois ne sont pas allés aux urnes. Une élection s’analyse à travers les chiffres d’abord, à travers le peuple et à travers les débats en jeu, l’enjeu, et puis en fin à travers les personnes lorsqu’il s’agit d’élection de renouvellement du personnel politique en terme d’institution. Alors, si vous prenez l’impression générale par rapport au peuple, chiffres officiels entre griffes, les populations ne sont pas sorties. Dans certaines zones, c’est à 19%, dans certaines zones c’est 13%, dans certaines zones ça ne franchit pas la barre des 40%. Et tel que l’institution Cena est monochrome, monocolore, une institution totalement exclusive, à la botte donc de monopole organisationnel, comme j’ai l’habitude de le dire et que vous constatez, on peut dire sur la base des chiffres, que : 1) le peuple béninois est dégouté, n’a pas donné caution. Maintenant si on voit les suffrages dits exprimés, leur diffusion à l’intérieur, on voit aussi que ça ne correspond à rien, à aucun objectif et que c’était un gâchis du point de vue conceptuel, stratégique et tactique pour les forces qui sont contre ce pouvoir, de se prêter à ce jeu qui, au finish n’a fait que cautionner. Mon impression est une impression de gâchis, mais j’ai une satisfaction qu’il y a des éléments d’espoir à travers le comportement de ce peuple. Et c’est à ce peuple que revient le mérite d’avoir asséné à cette dictature un échec, un désaveu flagrant hors les urnes.

Vous avez dit que les populations ne sont pas sorties, au regard des chiffres. Est-ce qu’on doit mettre cela à votre actif aussi puisqu’avant les élections vous êtes descendu sur le terrain pour passer un message aux populations. Est-ce qu’à l’arrivée on doit dire que vous avez raison ?

Non, je ne suis pas un homme qui cherche à avoir raison eu égard à mon profil moral, éthique et politique. Je suis un homme qui pose les principes comme base, comme asymptote ; comme idéal et qui demande aux gens qui agissent de regarder les principes posés et par rapport à ça je n‘ai pas à dire c’est ci, c’est ça. D’abord je ne suis pas le seul à être dans cette posture, de décrypter, de dire, d’analyser que ces élections ne valent rien, c’est un piège du dictateur. Je ne suis pas le seul, je ne veux pas appeler de nom mais il y a plein dans la population, plein dans la classe politique à avoir la même chose que moi. Ceux qui ne sont pas compromis, ceux qui ne sont pas des félons, des traitres, ceux qui ne cherchent pas leur intérêt personnel doivent savoir que ces élections ne règlent aucun problème et peuvent régler aucun problème. Nous n’avons rien inventé, il y a la science politique. Quand on fait une élection, on a trois grilles d’analyse : par rapport au peuple, le peuple a rejeté. Le suffrage est là. Officiellement on vous dit 64 et quelque pour cent, mais c’est faux ; nous, nous avons décrypté. Deuxième chose, par rapport au discours : quel est le débat pour comprendre que ce n’est pas moi et que c’est le peuple ? Le débat était qu’il y a une dictature, nous devons mettre fin à cette dictature et rétablir l’Etat de droit. Il y a des lois scélérates, nous devons mettre fin à ces lois scélérates. Il y a par exemple des citoyens béninois qui sont persécutés et que nous savons que la raison est politique même si on trouve des arguties, des artifices pour dire qu’ils ont fait ci… Tout le peuple béninois sait que c’est des raisons politiques. Il faut que ces citoyens retrouvent la quiétude, la liberté. Il y a plein de choses : il y a eu des victimes, il faut qu’il y ait une réhabilitation des victimes.

Candide Azannaï, vous ne cherchez pas avoir raison mais vous avez lancé un mot d’ordre. Vous estimez qu’au vu de ce mot d’ordre les gens ne sont pas sortis. Mais…

Le peuple a raison, les principes ont raison, les valeurs ont raison, l’intérêt général a raison.

Est-ce que vous n’avez pas l’impression d’avoir été écouté ?

Je comprends bien votre question, mais ce serait dangereux du point de vue moral, du point de vue politique et par rapport à la suite, qu’un leader dise c’est moi. Non ! Ce n’est pas bon. Ici, nous sommes en train de suivre le peuple. C’est ce peuple qui a raison, ce peuple résistant qui a raison. C’est les valeurs qui ont raison, c’est les principes qui ont raison. C’est tout ce qu’on nous a enseigné dans les écoles, qui disent qu’on ne candidate jamais efficacement contre un dictateur. Ça ne s’est produit nulle part sur la terre. Le débat n’est pas un débat de raison, c’est un débat de rendre l’évidence que ce que nous sommes en train de dire tout le monde doit se rallier à ça.

Vous dites qu’on ne doit pas candidater face à un dictateur. Mais n’avez-vous pas l’impression de ramer à contre-courant ? D’abord, vous ne vous êtes pas présenté aux différentes élections pourtant votre parti politique est autorisé à le faire. Mieux, à l’approche de ces dernières législatives, on vous a vu sur le terrain passer un mot d’ordre.

Dans la vie, il y a les principes et les valeurs. Il y a ceux qui veulent respecter les principes et les valeurs qui sont les seuls à garantir le mieux vivre pacifique, il y a ceux qui rament à contre-courant qu’on appelle des faussaires, des gangsters, des brigands. Par exemple on dit quand le feu est au rouge, nous nous arrêtons. Quand le feu est au vert nous passons. Vous voyez des gens, le feu est au rouge ils passent. Et vous dites, parce qu’ils passent moi aussi je vais passer. Je vois ça souvent dans la circulation. Je ne suis pas comme ça. Ramer à contre-courant, ça peut s’expliquer de plusieurs façons. Mais je prends deux façons. Quel est le courant contre lequel on ne doit pas ramer ? Le principe des courants et des valeurs. Est-ce que c’est le courant du faussaire, du dictateur ? Si je vais ramer dans le courant du dictateur, je vais à Canossa. L’expression c’est aller à Canossa. Et puis il y a un célèbre auteur, Bertrand Russell qui a dit: «si vous acceptez travailler, par désespoir, vous créez des conditions de solutions désespérées». Et les solutions désespérées c’est ça que vous voyez. Bon, le dictateur il est là, je suis désespéré, il ne finira jamais, je vais faire exactement comme il le dit. Et c’est ça ce que le dictateur veut. Il faut ramer à contre-courant du dictateur et il faut ramer dans le courant des valeurs, des principes. Et si c’est ça, je ne rame pas à contre-courant parce que le peuple ne peut pas ramer à contre-courant. Je porte avec beaucoup d’autres, le discours du peuple qui est le discours de l’intérêt général. Ecoutez, mes chers amis. Ces élections-là, in fine, un acte doit avoir un résultat. Quel est le résultat ?

Le résultat, je peux vous le dis, il y a que les populations ont salué l’ouverture parce que désormais on n’aura plus un Parlement monocolore, sans l’opposition.

Excusez-moi, avec beaucoup de considération, aucune population n’a salué l’ouverture. Des hommes politiques ont peut-être parlé. Aucune population. Les populations auraient accepté l’ouverture, mon cher ami, que vous n’auriez pas le chiffre de l’abstention que vous voyez. On lit les choses. D’abord, je n’ai pas produit les chiffres. J’ai mes chiffres hein. Je n’ai pas produit les chiffres exprès. Mais les propres chiffres de ce gouvernement pervers donnent quoi ? Donnent plus de 60% de Béninois qui ne sont pas allés. Techniquement et dans la politologie, techniquement dans l’analyse même des chiffres, on appelle ça désaveu, désintérêt, manque de confiance dans les institutions et dans la gouvernance. Donc vous ne pouvez pas dire que les populations ont salué une ouverture. Si elles ont salué une ouverture, pourquoi elles ont tourné dos ? On ne peut pas saluer quelque chose et puis tourner dos à la chose. Non, sortons de ça.

Mais personnellement, n’avez-vous pas vu que comparativement à 2019, il y a quand même l’opposition qui était présente à ces élections-ci ? Il y a sept partis politiques toutes obédiences politiques confondues qui y étaient représentés au lieu de deux il y a quatre ans. Est-ce que vous ne saluez pas cette avancée ?

Est-ce que vous reconnaissez qu’il y a une dictature dans le pays ? Il y a le vol du pouvoir législatif, le tripatouillage sectaire de la Constitution et l’imposition de lois antinomiques aux règles. S’il y a tout ça, nous ne sommes plus dans la démocratie. Et par rapport à ces mêmes élections, vous voyez les lois ? D’abord, la loi pour la liste des électeurs, la loi pour la Cena, qu’est-ce qui a été respecté ? Le dictateur a le monopole de tout. A partir de là, vous ne pouvez pas comparer 2019 et aujourd’hui et dire qu’il y a eu avancée. Non ! c’est la même situation. Mais les comportements dans tel camp, dans le camp de ceux qui sont contre le pouvoir, les comportements ont changé au niveau de l’élite, au niveau des leaders. C’est tout. Je raisonne factuellement parce que le discours qui nous intéresse aujourd’hui, c’est de rétablir l’état de droit et la démocratie. Est-ce que nous pouvons rétablir l’Etat de droit et la démocratie avec les chiffres ? Non, on ne peut pas le faire avec les lois simples, c’est de l’analyse mathématique, terre à terre. Les lois simples, c’est les lois où on a besoin de moitié plus un. On peut le faire ? Qui peut le faire ? Le dictateur a la main. Les lois organiques, c’est les lois par exemple sur deux tiers. Qui peut le faire ? Le dictateur a la main. Les lois constitutionnelles où on peut toucher la Constitution. Le dictateur a la main. Connaissant comment la liste des Démocrates, la déclaration de candidatures a été faite, nous sommes dans un piège. Parlant de parti d’opposition, il y en a plus, il n’y en a pas. Je l’ai démontré dans toutes mes déclarations. Ce sont des structures de faire valoir. Certains pensent que Les Démocrates, c’est un parti d’opposition. Mais c’est un parti de compromission, et lorsque vous faites de la compromission avec le dictateur vous rentrez dans les escarcelles du dictateur. Les Démocrates font de la sous-traitance de la dictature. Demandez à Yayi Boni.

Pourtant, Candide Azannai, Les Démocrates c’est eux qui s’en sont sortis parmi les trois partis de l’opposition, avec 28 sièges !

Allez en amont. Ils s’en sont sortis parce que la dictature a parrainé leur présence. Lorsque votre parrain vous autorise à entrer dans le cercle, vous pouvez faire quoi contre ce parrain. Ils vont gagner quoi ?

S’il faut utiliser votre terme, ils ont dû parrainer aussi le Mpl et Fcbe ?

Tout est parrainé. Si vous ne passez pas sous les fourches caudines de la dictature, vous n’irez pas.

Décodez-nous le message, expliquez ce que vous mettez dans ce « parrainage »

Parrainer quelqu’un c’est servir de caution pour autoriser la personne à franchir une étape, soit d’initiation, soit de jouissance, soit accéder à des formations.

En clair, si Talon ne voulait pas, ils ne participeraient pas à ces élections, voulez-vous dire ?

Merci beaucoup. Pour parler terre à terre. Vous êtes magnifique en diluant les choses pour ceux qui n’ont pas l’habitude des grosses choses. C’est ça. Si Patrice Talon, le pouvoir de la Rupture, le système en place pour être plus précis n’acceptait pas, ne voulait pas que Les Démocrates aillent, ils n’iront pas. Et ça s’est passé en amont. Questionnez le rôle de Yayi Boni, le rôle d’autres personnes.

C’est quoi le rôle ?

Nous sommes ici sur un terrain de compromission, c’est tellement terre-à-terre. Vous posez tellement les questions pour que ceux qui ne comprennent pas comprennent.

Mais Candide Azannai, est-ce que quelqu’un qui est allé à la compromission, à la publication des résultats, peut revendiquer ?

C’est de la comédie. Vous savez, vous n’êtes pas des hommes politiques. C’est pour ça que, je ne sais pas si c’est Mérimée ou quel auteur qui a dit ça, la politique fait partie un peu de comédie. Toute la politique a une grande dimension de la mise en scène. D’abord, l’Etat, la République, les structures politiques font beaucoup plus dans la mise en force, la mise en scène que tout. Et, nous sommes dans de la comédie. Ceux qui disent qu’ils vont revendiquer, ils vont revendiquer devant quelle institution ?

Devant la Cour constitutionnel qui leur a donné raison ou qui les a repêchés pour qu’ils puissent participer à l’élection.

Je vous dis, nous sommes dans de la comédie. Ne perdons même pas notre temps sur cette affaire. Les Démocrates savent pertinemment qu’ils sont en train de vendre de l’illusion, de rêve aux populations. Ils ont vendu du rêve pour pouvoir gérer des intérêts particuliers. J’ai dit dans une émission que face à un dictateur il faut faire attention. Il y a deux types d’intérêt : l’intérêt général et l’intérêt particulier. Si vous allez voir le dictateur pour poser, au moment où vous voulez revendiquer l’intérêt général, si vous commettez l’erreur de soumettre au dictateur les intérêts particuliers, vous êtes foutu. Ils sont dans l’intérêt particulier. Ils auront des députés qui iront à l’Assemblée pour prendre de l’argent. Des fonctionnaires qui ont accepté d’être cooptés en amont ne sont pas désignés par le peuple. Je vous ai demandé tout à l’heure, qu’est-ce qu’ils peuvent faire sur une loi ordinaire à l’Assemblée ? Rien, zéro. Et le chiffre 28, ce n’est pas au hasard.

Dites-nous…

Je vous ai dit que je faisais les analyses avant. Et sur le terrain j’ai dit : ils seront situés entre 25 et 30 maxi et que ce chiffre-là, c’est exprès, c’est de l’illusion, c’est de miroirs, des miroirs à oiseau. Si vous prenez 109, vous divisez 109 par 4 par exemple vous avez 27 et quelque ; donc dans cette Assemblée-là le dictateur est trois fois supérieur à ces personnes-là. Donc ces personnes ne peuvent pas réagir sur des lois ordinaires, réagir sur des lois organiques (majorité qualifiée), réagir sur des lois constitutionnelles parce que les 27 ou 28-là sont frileux. Donc à quoi beau avoir fait tout ça ?

Est-ce qu’il n’est pas possible qu’il y ait des mouvements vers Les Démocrates, c’est-à-dire que les députés de la mouvance aujourd’hui puissent migrer demain vers la minorité, Les Démocrates ?

Quand j’enseignais, qui après le Bac, viennent dire : et si j’avais 7 en Anglais, j’aurai 10 et en sport je vais bien courir, et si j’avais 16 multiplié par un, ça fait deux et j’aurai ci.  Sortons de ça. Posons, quand on est conducteur de masse, conducteur de peuple, on part sur du tangible. Aujourd’hui le monde a évolué et nous pouvons tout modéliser.  Il y a des logiciels de modélisation du comportement social. Prenons ces éléments-là. Les paramètres que nous avons-là, mettons ça. Et vous dites, un dictateur :  la case des lois, c’est pour lui ; la case des institutions, c’est pour lui ; la case du dispositif humain, c’est pour lui. Et la case des autres, vous mettez dedans, vous paramétrez tout.

Est-ce que vous ne surestimez pas Patrice Talon ? Est-ce que patrice Talon au début du mandat n’est pas différent de Patrice Talon en fin de mandat ?

Je ne peux pas contester votre vue mais moi je ne joue pas au casino. Quand je parle de la politique, je ne peux pas jouer au casino, je ne peux pas jouer au jeu de hasard. Je prends les paramètres, je dis voilà les paramètres qui sont là. A partir de ces paramètres, je pose les hypothèses. Est-ce que quelqu’un gagné par les élections dans le système mono politiste organisationnel de ces élections, est-ce que quelqu’un a gagné sur la terre, dans la vie ?

On peut vous donner l’exemple de Yaya Jammeh

J’ai vu des gens quand je donnais une conférence sur des cas de ce genre, j’ai vu des gens parler de Yaya Jammeh. Mais non, les lois ont été changées.

Yaya Jammeh est complètement affaibli, et en amont dans son Parlement il y avait une opposition dans son Parlement. Donc comparaison n’est pas raison. Quelqu’un m’a donné le cas de Botswana ou de Malawi ou d’un pays. J’ai dit mais ce n’est pas les mêmes choses. Quelqu’un m’a donné le cas de la Côte d’Ivoire, j’ai dit ce n’est pas les mêmes choses. Ici, le Parlement en amont est un Parlement monocolore. On a créé deux partis ; celui qui est au pouvoir a deux partis. Les deux partis ont toutes les lois, ont désigné la composition de toutes les institutions alors qu’en amont quand nous on sortait de la Conférence nationale, le Parlement est la source à partir de laquelle on diffuse et les lois, et le personnel institutionnel et tout. Prenez la Haac, le Conseil économique et social, même le Parlement a sa source dedans. Mais ici, on coupe ça et on fait des lois ; on dit venez dedans et des gens disent oui. Vous savez de quoi ils sont fatigués, ces messieurs ?

Dites-le nous…

Autant qu’ils sont de Yayi à Soglo ou à ci, ils savent que j’ai raison. Mais la lassitude, pour beaucoup c’est la faim. C’est-à-dire, ils ne peuvent plus.

Quelles sont les perspectives pour que cette résistance puisse se revigorer ? Vous n’allez quand même pas faire cette lutte, seul, il faut quand même ceux des Démocrates ?

L’essentiel pour une lutte de résistance, ce n’est pas d’organiser seulement le peuple, ce n’est pas seulement d’organiser les résistants. C’est de déstabiliser le camp du mal. Et ça passe par la pertinence, la qualité des actions que vous menez parce qu’autour du dictateur il y a une lutte d’influence terrible. Il y a des règlements de compte, il faut miser là-dessus. C’est pour ça on doit faire l’inventaire des divers compartiments. Quand vous prenez Les Démocrates dont vous parlez. Parmi les 28, il y a des gens de qualité, qui comprennent ce que je suis en train de dire mais je ne vais pas donner leurs noms. Mais il y a aussi des cancres qui sont dedans qu’il faut extirper, exposer et sur lesquels il faut faire la pression. Et puis je l’ai dit, la notion d’être esseulé, c’est le peuple. Si au sortir de cette parodie électorale, il y avait plus de 50% qui sont allés aux urnes, votre question aura sa justification. Mais lorsque vous voyez la classe politique là, vous dites que je suis seul. En quoi je suis seul ? Il y a beaucoup de gens qui ont rendu possible ce boycott, ce n’est pas moi seul.

Je disais vos anciens camarades de la résistance…

Ils sont allés à Canossa

Ils ne reviendront plus ?

On ne ferme pas la porte. On ne ferme pas la porte mais on met une discipline, on met un canevas, on refuse maintenant qu’on vienne s’asseoir avec nous pour parler des affaires personnelles et privées. C’est exclu.

Dans le cadre de la pacification du pays, on a vu le chef de l’Etat recevoir des personnalités dont les anciens président Nicéphore Soglo, Yayi Boni et l’ancien premier ministre Lionel Zinsou. Et si avant 2026 Patrice Talon vous faisait appel, est-ce que vous irez échanger avec lui ne serait-ce que pour que vous entendre sur certains points ?

Moi, je l’ai dit, les gens ont parfois peur. Ceux qui me visitent ou parlent avec moi quand ils sont autour de lui, ils ont peur de dire qu’ils ont vu Azannai. Quelques rares personnes… Je n’ai pas de problèmes personnels avec Patrice Talon. Peut-être que c’est une déformation. On m’a enseigné que pour l’intérêt d’une Nation, les citoyens ne peuvent pas être des ennemis. Donc la notion d’ennemis fonctionne en politique comme une notion principale, comme un présupposé de la politique comme essence. Mais pris sous cet angle, il est un adversaire politique. Il est un adversaire politique parce que sur ce qu’il pose actions politiques, gouvernance à la nation, il blesse les principes sur lesquels la nation toute entière s’est entendue à la Conférence nationale. On n’a plus fait une réunion de toute la nation pour dire nous changeons de paradigmes. En cela, il fait de l’exercice solitaire du pouvoir personnel, et je dois le combattre sur ça. Maintenant, s’il appelait en catimini, ça ne m’intéresse pas. S’il appelait sur des problèmes personnels, ça ne m’intéresse pas, je n’en ai pas. Talon m’appelle, on veut discuter de quoi ? Problèmes personnels, je n’en ai pas ; donc je me prive, je n’ai presque besoin de rien. C’est parce que je ne veux pas être sale. Deux philosophes qui sont mes amis : Sénèque, les principes et autres et Diogène, pour le courage pédagogique, la pédagogie brutale, brute pour dire aux gens mais ce n’est pas ça !

Mais il peut vous appelez pour que vous voyiez ensemble comment organiser le Dialogue national inclusif.

Si c’est ça, mais c’est pour l’intérêt général. Je viens d’une ethnie, je viens d’Abomey où on dit les querelles, les dissensions ne peuvent pas vous amener à laisser pousser des herbes, à laisser délabrer la maison, à laisser partir en lambeaux la nation. Donc si c’est au nom de la nation qu’on appelle un fils de la nation, le fils de la nation va écouter. Mais si c’est pour qu’à la fin je me comporte comme Yayi, comme Soglo et d’autres aussi, je ne ferai pas. Dites-le sous le soleil, je ne ferai pas.

Votre mot de la fin

Une élection s’analyse par les chiffres, et les chiffres montrent que l’espoir est au niveau du peuple résistant qui s’est manifesté avec un score de plus de 4 millions et quelque sur 6 millions et quelque. C’est très important. L’espoir est de ce côté, il faut continuer. Il faut montrer que Les Démocrates sont tombés dans leur propre piège et que ce qui a aveuglé Les Démocrates c’est les gains personnels, les intérêts personnels. Et les chiffres-là sont une humiliation, une honte non seulement à eux, mais une honte terrible qu’il faut leur dire de jamais recommencer parce que ni en loi simple, ni en loi organique, ni en loi constitutionnelle, ils ne pourront rien faire, sauf si la volonté des autres décide. Voilà ce que je veux dire et appeler tous les bords à nous suivre, à rejoindre nos rangs parce qu’il n’y a rien à faire, tout ce que Talon a fait là, ça n’a aucune perspective. Le seul intérêt que nous avons, la seule issue que nous avons aujourd’hui c’est le dialogue national inclusif, qui n’est pas une conférence nationale nouvelle. C’est un dialogue qui nous permettra de nous parler et qui permettra d’abord, de sécuriser Patrice Talon lui-même aujourd’hui et demain et de sécuriser chaque Béninois sur le sol béninois ou la terre béninoise. Si on n’allait pas à ce dialogue national inclusif pour se parler, pour se pardonner, pour se faire des concessions, le problème demeure. Aussi longtemps que Talon sera là ou même après nous. Ce que lui, nous faisons, c’est un appel à la retenue, à la réconciliation, à ce que chacun cède, au nom de la paix.

Propos recueillis par  Jacques Boco, Virgile Ahouansè et Jos-Perzo Anago. Transcription: J.B

Articles Similaires

Branle-bas à la Police Républicaine/Rodéo pour les officiers stagiaires

Joseph Perzo

Bénin/Menace sur la liberté de presse : Le journaliste JosPerzo Anago arrêté

Joseph Perzo

A l’orée de 2023/«Bonne année mes ami-e-s. Vous me manquez»

Joseph Perzo

Laissez un commentaire