La Depeche
Bénin Politique

Déclaration de l’APP dans la diaspora/«Non à des élections exclusives maquillées» !

(Dixit: la Comite de l’Alliance Pour la Patrie (APP) dans la diaspora)

A travers une déclaration signée à Paris ce 27 décembre 2022, le Comité de l’APP dans la Diaspora analyse le contexte socio politique du Bénin au regard de la convocation par le Président Talon, du corps électoral pour des élections législatives le 8 janvier 2023 que l’App qualifie de « mascarade ». Le Comité renvoie dos à dos aussi bien ce qu’il appelle «parti unique à deux faces, UPR et BR de Talon et les partis satellites auxquels se greffent les Fcbe et Les Démocrates qu’on veut faire passer pour l’opposition». Au regard de ce qui précède, l’App prône ni plus ni moins, «le mépris des prochaines élections législatives». Car, indique la déclaration, «Le peuple n’a aucun intérêt dans les prochaines mascarades. Il n’a rien à y gagner, il n’a aucun intérêt à se déplacer pour aller voter. Car son vote crédibilise une vaste entreprise de mystification et de diversion du peuple et renforce le pouvoir autocratique de Talon».

LE COMITE DE L’ALLIANCE POUR LA PATRIE (APP) DANS LA DIASPORA

DECLARATION

LA DIASPORA BENINOISE

FACE AUX ELECTIONS LEGISLATIVES DU 8 JANVIER 2023 AU BENIN

I – Le contexte

Le pouvoir autocratique de Patrice Talon a convoqué le corps électoral pour des élections législatives le 8 janvier 2023. Ces élections se dérouleront dans un contexte international et régional marqué par :

a) des rivalités inter impérialistes exacerbées en vue d’un repartage du monde, du basculement du leadership mondial des USA vers la Chine ;

b) une révolution patriotique et anti-impérialiste où les peuples, notamment d’Afrique et singulièrement des anciennes colonies françaises, sont vent debout pour rejeter la domination étrangère et recouvrer leur souveraineté.

II – Les protagonistes de la mascarade en préparation

Sont admis par Talon à participer à ces élections, son parti unique à deux faces  UP-R et BR, les partis satellites UDBN, MOELE-Bénin, auxquels viennent se greffer les FCBE de HOUNKPE et «Les Démocrates» de YAYI-HOUNDETE qu’on veut faire passer pour «l’Opposition». La seule différence c’est le repêchage du parti «Les Démocrates» au terme d’un deal honteux entre YAYI-HOUNDETE et TALON, sous le parrainage des puissances impérialistes USA et France en tête. Alors que toutes les mesures scélérates d’exclusion politique, administrative et financière sont demeurées, aucune des conditions démocratiques pour une élection inclusive n’a été réalisée, les détenus politiques toujours en prison et les exilés, toujours poursuivis. Le deal pour la cooptation du parti «Les Démocrates» aux prochaines élections est scellé avec la protection et la bénédiction des mentors impérialistes franco-américains, tout ce beau monde choisit de déguiser Patrice TALON en «Démocrate», de le rendre fréquentable et d’appeler leurs agents à le renforcer et l’accompagner.

L’Ambassadeur de France au Bénin peut saluer «la vitalité de la démocratie béninoise» et conférer un «caractère transparent et inclusif » à ces élections. Les Etats-Unis abandonnent les réserves qu’ils affichaient et invitent Talon à Washington. Les Béninois pro-impérialistes qui attendent tout de l’extérieur, les enragés de la FrançAfrique et autres agents rentrent dans les rangs et multiplient les appels à aller voter pour «Les Démocrates», entretenant ainsi des illusions au niveau de nos compatriotes de bonne foi mais dupés et sous-informés et qui veulent sanctionner le pouvoir affameur et fossoyeur de la démocratie.

Mais qui sont les responsables du parti «Les Démocrates» et en quoi peuvent-ils incarner un quelconque espoir pour le peuple Béninois ? Le Prof Philippe NOUDJENOUME, acteur de proue de la scène politique béninoise, Président de l’APP et 1er Secrétaire du PCB nous éclaire sur ces deux personnages :

«C’est déjà sous YAYI Boni que le droit de grève a été retiré aux travailleurs de la douane, parce qu’ils protestaient contre la livraison du contrôle des importations à Bénin-Control de Patrice Talon ; une loi a été votée dans ce sens, loi que la Cour Constitutionnelle de Robert DOSSOU a déclarée constitutionnelle. C’est sous YAYI Boni que les Secrétaires Généraux des Syndicats manifestant pacifiquement devant leur siège à la Bourse de Travail, ont été gazés et blessés par des grenades offensives et dont le sang a été traité de «sang de mouton» par ce même YAYI … C’est sous YAYI que le jeune FAWAZ manifestant pacifiquement à Natitingou a été abattu froidement le 04/5/ 2011. C’est sous YAYI que Dame SOHOUDJI, ancienne ministre et Directrice du Conseil National des Chargeurs du Bénin (CNCB) a été assassinée sans que jusqu’à présent, les criminels aient été retrouvés ; c’est sous YAYI que DANGNIVO a disparu et jamais retrouvé ; c’est sous YAYI qu’on a connu ICC Services avec des centaines de milliards de pertes de l’épargne des pauvres citoyens béninois, que plus de 40 Milliards investis à Maria Gléta sans aucun résultat, qu’on a eu les scandales des machines agricoles, du PPEA II, scandale du siège de l’Assemblée nationale avec des dizaines de milliards investis à la lagune de Porto-Novo et sans suite ; c’est les concours frauduleux … Et l’on en passe. Pas un mot sur ces scandales aujourd’hui. Pas d’excuse au peuple, pour être pardonnés ; aucune excuse publique au peuple. Certes, on peut se tromper, mais nulle part, on n’a vu un repentir de leur part et la volonté de ne pas recommencer si l’on revient au pouvoir. Parlant d’Eric HOUNDETE, son palmarès n’est pas plus reluisant : ancien Force Clé, puis UN avec AMOUSSOU Bruno, il passa rapidement à YAYI Boni dans son choix pour «Lionel ZINSOU» en 2015. En tant que Vice-Président de l’Assemblée nationale, il a voté toutes les lois autocratiques de TALON dont la première réforme autocratique constitutionnelle qui a échoué en avril 2018 ; il a voté toutes les autres lois autocratiques telles par exemple les lois n°2018-34 portant exercice du droit de grève en République du Bénin, n°2018-23 du 26 septembre 2018 portant Charte des partis politiques en République du Bénin ; n°2018-31 du 08 Octobre 2018 portant Code électoral en République du Bénin qui a introduit le quitus fiscal et les cautions financières de 249 et 250 millions de FCFA respectivement pour les législatives et les présidentielles ; n°2017-05 du 29 septembre 2017 fixant les conditions d’embauche, de placement de la main-d’œuvre et de résiliation de contrat de travail en République du Bénin qui a institué le Contrat à durée déterminée (CDD) à vie ; n°2017-20 du 20 avril 2018 portant Code numérique en République du Bénin ; n°2018-35 modifiant et complétant la loi 2015-18 du 1er septembre 2017 portant Statut général de la Fonction publique au Bénin ; enfin la loi n°2018-13 du 02 Juillet 2018 modifiant et complétant la loi n° 2001-37 du 21 août 2002 portant organisation judiciaire en République du Bénin qui a créé la fameuse CRIET, etc. »

Peut-t-on vraiment faire encore confiance à ces personnages ?

III – Face à cette situation, quelles sont les tâches et la responsabilité  des vrais démocrates, patriotes et révolutionnaires ?

Sans être admis à concourir pour ces élections, il faut faire campagne sur la base de l’Alternative qu’offre le Prof Ph. NOUDJENOUME au nom de l’APP pour une République Patriotique, Démocratique, Indépendante et Moderne. (RDPIM). Nous vous invitons vivement à découvrir le programme de l’APP et à vous référer à cette alternative qui a été présentée dans ses moindres détails dans l’Adresse au Peuple du Prof Ph. NOUDJENOUME en date du 23 décembre 2022

Au nom du CONSEIL NATIONAL DE GOUVERNANCE DEMOCRATIQUE ET PATRIOTIQUE de l’Alliance Pour la Patrie, Le Président de l’APP y détaille un véritable programme patriotique de contrat de législature et indique au peuple l’attitude à adopter face à ces élections en les termes suivants :

«Le seul comportement qui vaille la peine pour le peuple, c’est le mépris des prochaines élections législatives. Et le mot d’ordre qui convienne, c’est «TALON dégage ! YAYI dégage ! Oui pour une Alternative Patriotique !» Le peuple n’a aucun intérêt dans les prochaines mascarades. Il n’a rien à y gagner, il n’a aucun intérêt à se déplacer pour aller voter. Car son vote crédibilise une vaste entreprise de mystification et de diversion du peuple et renforce le pouvoir autocratique de Talon».

Conclusion

Et Philippe NOUDJENOUME de conclure :

« Voilà la voie que je vous indique. Comme souligné plus haut, elle est difficile, elle est tortueuse ; mais il n’y en a pas de meilleure. L’on sait que les plus longues distances commencent par un pas. Que chacun dès à présent, s’engage dans la voie de refus de l’existant, commence par s’organiser dans des structures indépendantes de celles des hauts bourgeois corrompus et autocrates qui nous gouvernent ; s’engage avec des patriotes organisés pour l’édification de la République Patriotique, Démocratique, Indépendante et Moderne ».

–              ALLER VOTER LE 8 JANVIER 2023 C’EST PARTICIPER AU RENFORCEMENT DE L’AUTOCRATIE

–              LE PEUPLE N’A RIEN A GAGNER A CES ELECTIONS

–              NON A LA DUPERIE DU PEUPLE PAR LES VENDEURS D’ILLUSIONS !

–              NON A DES ELECTIONS EXCLUSIVES MAQUILLEES !

–              EN AVANT POUR UNE ALTERRNATIVE PATRIOTIQUE AVEC L’APP !

Paris le 27 décembre 2022

Le Comité de l’APP dans la Diaspora

Articles Similaires

« Baisser le chômage et renforcer le capital économique »/Richard Boni: Un défi aux antipodes des agendas politiciens

Joseph Perzo

Promotion Industrielle et Artisanale en Afrique/Cotonou accueille la 1ère édition de la FIAA

Joseph Perzo

Dassa-Zoumé/Si la compagnie des sapeurs-pompiers était dotée de matériel…

Joseph Perzo

Laissez un commentaire