La Depeche
Afrique Bénin Monde Société

Notation du Bénin/Richard Boni récidive : Un B+ est « hautement spéculatif »

Suite à la publication de notre dossier sur la notation B+ attribuée au Bénin et réagissant à notre analyse sur les implications, risques et perspectives, le politologue Issa Richard Boni Ouorou dont l’analyse sur le sujet nous avait servi de socle, revient à la charge, persiste et signe : Il n’y a pas matière à se réjouir. Pour Richard Boni, le « rabat-joie » de service, «Un B+ est considéré comme étant « hautement spéculatif ». En d’autres termes, le pays présente un risque significatif de défaut de paiement. Il n’y a donc pas de quoi mettre des bâches et faire la fête».

L’analyse du politologue Issa Richard Boni Ouorou met en lumière des préoccupations légitimes concernant la notation B+ attribuée au Bénin. Il souligne avec justesse que cette notation, même si elle est accompagnée d’une perspective stable, demeure relativement faible sur l’échelle de notation de crédit, ce qui signifie que le pays présente un risque significatif de défaut de paiement. Cette analyse mérite d’être commentée et complétée avec des arguments pertinents :

La réalité de la notation B+ : L’auteur rappelle à juste titre que la notation B+ est considérée comme « hautement spéculative » selon les normes de certaines agences de notation. Cela signifie que les investisseurs internationaux perçoivent un niveau de risque élevé lorsqu’ils prêtent de l’argent au Bénin. Il est donc crucial de comprendre que cette notation n’implique pas une situation financière solide.

Coût du financement élevé : Issa Richard Boni Ouorou souligne que le Bénin doit offrir des rendements plus élevés pour attirer les investisseurs en raison du risque perçu. Cette réalité a un impact direct sur le coût du financement, ce qui limite les ressources disponibles pour les dépenses à l’intérieur du pays. Cette contrainte budgétaire peut être un frein au développement économique et social du pays.

Accès limité aux marchés internationaux : Le Bénin pourrait rencontrer des difficultés à attirer des investissements étrangers significatifs ou à obtenir des prêts sur les marchés internationaux en raison de sa notation. Cette limitation peut entraver la réalisation de projets de développement importants, ce qui pourrait affecter la croissance économique à long terme.

Impact sur la croissance économique : Richard Boni met en évidence l’impact d’une note de crédit plus faible sur la croissance économique. En réduisant les investissements dans des domaines essentiels tels que l’infrastructure, l’éducation et la santé, le pays risque de compromettre son développement à long terme.

Risque de crise de la dette : La mention du risque de crise de la dette est pertinente. Une notation B+ indique que le Bénin est plus vulnérable à une crise de la dette, ce qui pourrait entraîner des mesures d’austérité et une détérioration de la qualité de vie de la population.

L’objectif de l’amélioration : Le politologue insiste sur la nécessité d’améliorer la notation du Bénin. Il souligne à juste titre que la stabilité de la notation ne suffit pas et que l’objectif devrait être de progresser vers une notation plus élevée. Cette amélioration nécessitera des actions concrètes pour renforcer la solvabilité du pays.

La comparaison avec l’Ukraine : La comparaison avec l’Ukraine, elle aussi notée B+, souligne l’importance de ne pas se satisfaire d’une notation qui place le Bénin dans la catégorie « hautement spéculative ». Cette référence met en perspective le besoin d’amélioration et d’efforts pour réduire les risques financiers du pays.

En conclusion, l’analyse du leader des terrien,ne,s met en lumière des enjeux significatifs liés à la notation B+ du Bénin. Ces préoccupations soulignent la nécessité d’une gestion financière prudente et de réformes économiques visant à renforcer la solvabilité du pays. Une amélioration de la notation, avec des efforts concertés, pourrait contribuer à un développement économique plus stable et durable pour le Bénin.

—————————————————————————- Encadré ——————————————————————————

Terrien,ne,s Bonsoir !

Richard Boni Ouorou

Après l’article de mon grand frère Perzo, reprenant ma précédente analyse de la notation de notre pays et l’analysant relativement plus en profondeur. Je voudrais lui apporter plus éclairage afin qu’il améliore son analyse et suivant, afin que les terrien,ne,s aient plus d’arguments.

Tout d’abord, il convient de noter que la notation B+ même avec une perspective stable est relativement faible sur l’échelle de notation de crédit. Selon les normes de l’agence de notation Fitch, par exemple, un B+ est considéré comme étant « hautement spéculatif ». En d’autres termes, le pays présente un risque significatif de défaut de paiement. Il n’y a donc pas de quoi mettre des bâches et faire la fête.

Pourquoi cela est-il préoccupant pour le Bénin ? Plus raisons.

1. Coût du financement élevé : Un B+ n’est pas une note attrayante pour les investisseurs internationaux. Cela signifie que le pays doit offrir des rendements plus élevés pour compenser le risque perçu, ce qui augmente le coût du financement et réduit par ce fait les ressources disponibles pour les dépenses à l’intérieur du pays. Vous comprenez donc pourquoi depuis plusieurs années, nous devons serrer la ceinture.

2. Accès limité aux marchés de capitaux internationaux : Avec une note de B+, le Bénin pourrait avoir du mal à attirer les investissements étrangers et c’est le cas depuis 2016 le pays n’a attiré aucun investisseur étranger dans aucun domaine. Ou, à obtenir des prêts sur les marchés de capitaux internationaux. Et si vous l’avez remarqué, nos prêteurs étrangers sont pour la plupart des asiatiques un peu nébuleux. Cela pourrait également limiter la capacité du pays à obtenir des financements pour des projets de développement importants. La majorité des budgets des projets d’infrastructures concrétisés par le régime en place ayant été bouclé sous le régime précédent de l’ancien président Yayi Boni.

3. Impact sur la croissance économique: Une note de crédit plus faible peut avoir un impact sur la croissance économique du pays. Si le Bénin ne peut pas obtenir des financements à des taux raisonnables, cela peut ralentir les investissements dans l’infrastructure, l’éducation, la santé et d’autres domaines clés qui sont essentiels pour la croissance économique à long terme.

4. Risque de crise de la dette: Une notation B+ signifie que le Bénin est plus susceptible de faire face à une crise de la dette, ce qui pourrait avoir des conséquences dévastatrices pour l’économie du pays. En cas de crise de la dette, le gouvernement pourrait être contraint de mettre en œuvre des mesures d’austérité, ce qui pourrait entraîner une baisse de la qualité de vie pour les citoyens. En effet, on pourrait dire que c’est déjà le cas …

Par conséquent, loin d’être une raison de réjouissance, une note de B+ avec une perspective stable devrait être un signal d’alarme pour notre gouvernement.

Il est essentiel que nous prenions des mesures pour améliorer notre solvabilité, réduire notre endettement et stimuler davantage la croissance économique. Si ces mesures ne sont pas prises, le pays pourrait se retrouver à terme, dans une situation financière très précaire si ce n’est déjà le cas.

Il faudra améliorer ce rating car s’il est stable cela veut dire qu’on ne progresse ni ne régresse pas hors l’objectif de nos autorités devrait être de sortir notre peuple de la précarité donc d’améliorer les facteurs retenus par les agences de notation pour passer de B+ à BB- soit de premier des cancres à cancre des premiers !

Il faut rappeler que depuis la guerre sur son territoire, l’Ukraine est aussi noté B+

Prenez soin de vous et excellent week-end.

Issa Boni Richard Ouorou

Articles Similaires

Tollé suite à sa sortie aux côtés des « démocrates » lors des législatives/Boni Yayi, l’épouvantail de la Rupture ?

Joseph Perzo

Violences post-électorales/Répression de l’opposition sous Patrice Talon : Le sauve qui peut

La dépêche Info

Bénin/Décryptage post électoral: « Ils sont allés à Canossa »

Joseph Perzo

Laissez un commentaire