La Depeche
Afrique Bénin Politique

CG/rbd: « Les législatives de 2023 ne seront pas libres et transparentes »

« Les législatives de 2023 ne seront pas libres et transparentes » avertit la Coordination Générale de la Résistance Béninoise dans la Diaspora – canal historique (CG/RBD c. h.), à travers une déclaration en date du 30 Août 2022 à Paris. Réagissant entre autres à la lettre ouverte d’un citoyen, et surtout parce s’estimant « partie prenante de la situation au Bénin,  la CG  pense que les contentieux entre le peuple du Bénin et Patrice Talon sont énormes et tous ceux qui militent pour aller aux prochaines élections sans solder les comptes jouent contre les intérêts du peuple et font le jeu du Président Talon ». A travers cette déclaration, la Coordination Générale rappelle une fois encore « sa position à propos des élections organisées sous une dictature ».

coordination générale de la résistance béninoise dans la diaspora canal historique (cg/rbd c. h.)

DECLARATION A PROPOS DES LEGISLATIVES DE JANVIER 2023

Dans une lettre ouverte en date du 23 août 2022, Monsieur Julien KandéKansou s’est adressé aux exilés et aux prisonniers politiques dont il a « lu entre les lignes de certains que les élections à venir doivent être boycottées pour montrer à la face du monde que le Président Talon est un dictateur ». Il cite ensuite des exemples de certains pays africains réputés gérés par des dictatures tels le Rwanda, le Togo, l’attitude de la CEDEAO vis-à-vis des élections exclusives de 2019 etc et déclare que le monde ne  » s’est pas effondré pour cela ». Il entend signifier par-là, que vivre sous une dictature, n’est pas si catastrophique. Après avoir ainsi banalisé les régimes dictatoriaux en Afrique, Julien KandéKansou à la recherche d’une solution pour lutter contre la dictature, conclut que « la rue, on a essayé » non plus n’est pas la solution parce que  » on a tiré sur les Béninois et la conséquence, la terreur règne ». Comme solution, il propose « d’envoyer les jeunes leaders à l’Assemblée Nationale pour un Bénin plus jeune »

La CG/RBD c.h. dit non à la banalisation de la dictature et non à ce jeu visant à faire peur aux populations déjà soumises déjà à diverses exactions.

La CG réagit à cette lettre ouverte, pas pour répondre à la place des exilés et des prisonniers politiques, mais parce qu’elle est partie prenante de la situation au Bénin. Elle pense que les contentieux entre le peuple du Bénin et Patrice Talon sont énormes et tous ceux qui militent pour aller aux prochaines élections sans solder les comptes jouent contre les intérêts du peuple et font le jeu du Président Talon. C’est une occasion pour elle de rappeler sa position à propos des élections organisées sous une dictature.

rappel de la position de la ch/rbd c. h. à propos des élections organisées par une dictature

Pour rappel, il faut souligner que la réédition d’une 2ème dictature au Bénin a suscité de vifs débats au sein de la diaspora béninoise notamment autour de la question de la volonté d’une dictature à organiser des élections libres et transparentes. Après plusieurs mois de débats rudes, on a fini par s’entendre. Avouons que Patrice Talon nous a beaucoup aidé. Tenez : les législatives 2019 ont été exclusives et dans le sang sans la participation de l’opposition ; il en a été de même pour les communales 2020 ainsi que pour les présidentielles d’avril 2021. Ces expériences ont fini par mettre tout le monde d’accord sur ce qui est devenu désormais un principe : sous une dictature, on ne peut pas s’attendre à des élections libres et transparentes à moins que le peuple ne l’y contraigne.

Aujourd’hui, les populations du Bénin ont suffisamment fait la douloureuse expérience de la Rupture pour ne nourrir aucune illusion à propos des consultations électorales organisées par Patrice Talon, à commencer par les prochaines législatives de janvier 2023.

C’est donc en connaissance de cause que la CG/RBD C.H. dit que les prochaines législatives ne seront pas libres et transparentes. Les machinations en cours mettant en mouvement les deux partis du Président d’une part, et d’autre part, l’opposition tolérée puisqu’il en faut une pour montrer à la face du monde que c’est une élection authentique mettant en jeu la mouvance et l' »opposition » donnent déjà un avant-goût de ce qui se passera.

C’est pourquoi la CG/RBD c. h. note avec satisfaction la justesse des réponses faites par la compatriote Mme Aurore CHAHOUNKA à Julien KandéKansou et adresse à madame CHAHOUNKA ses félicitations. Avec elle, la Coordination Générale insiste pour dire : « Réveillez-vous: nous sommes en dictature. Certains de nos frères et nos sœurs en ont fait les frais et vous raisonnez comme si nous sommes toujours dans une démocratie. »

La CG/RBD C.H. crie haut et fort :

Pour des élections crédibles au Bénin, il faut :

– Abroger les lois scélérates

– Libérer tous les prisonniers politiques

– Assurer le retour au pays des exilés qui le désirent

– Demander des comptes à ceux qui se rendent coupables d’une exaction.

– Non à l’impunité !

Fait à Paris le 30 août 2022

Articles Similaires

Restitution des œuvres d’Abomey au Bénin : histoire d’un long processus

admin

Lutte contre les groupes armés et violations des droits humains/Le Bénin et le Togo, indexés par Amnesty International

Joseph Perzo

Réouverture de l’exposition « Art du Bénin, d’hier et d’aujourd’hui, de la restitution à la révélation »

admin

Laissez un commentaire