La Depeche
Afrique Bénin Politique Société

Base militaire au Nord Bénin: Le gouvernement dé-ment

La déclaration du porte-parole du gouvernement du Bénin, Wilfried Léandre HOUNGBÉDJI, démentant les informations relatives à l’érection d’une base militaire française près de la ville de Kandi au Nord du Bénin, mérite d’être examinée de manière critique compte tenu du contexte du départ annoncé des troupes françaises du Niger. S’il est entendu que la source initiale de ces informations est un site d’information appelé « Mourya Niger », et peut souffrir de fiabilité, la déclaration du gouvernement du Bénin ne présente pas non plus de preuves solides pour réfuter les allégations. Il se contente de nier fermement l’existence d’une base militaire française en construction dans le pays, mais ne fournit pas de données concrètes pour étayer cette affirmation.

A l’analyse critique de la note du porte-parole du gouvernement du Bénin, plusieurs éléments peuvent être relevés.

Tout d’abord, le fait que l’information sur l’érection d’une base militaire française proche de la ville de Kandi provienne d’un site d’information prétendu, appelé « Mourya Niger », suscite des interrogations quant à sa crédibilité. Il est important de vérifier la fiabilité de la source avant de tirer des conclusions.

De plus, le porte-parole du gouvernement tente de démentir l’information, mais reconnait néanmoins la présence d’instructeurs français et belges à Kandi dans le cadre de la lutte contre les groupes terroristes. Cette déclaration peut sembler contradictoire, car elle admet une présence militaire étrangère dans la région tout en niant l’existence d’un projet d’implantation d’une base militaire française.

Le porte-parole mentionne également que les instructeurs français et belges sont repartis depuis plus de six mois après avoir accompli leur mission. Cependant, il convient de noter que le départ des instructeurs ne signifie pas nécessairement l’absence de toute présence militaire ou l’absence de projets futurs.

Il est également important de prendre en compte le contexte géopolitique et sécuritaire de la région. Le retrait progressif des troupes françaises du Niger, tel qu’annoncé, peut susciter des spéculations sur le redéploiement de ces forces dans des pays voisins, y compris le Bénin.

Enfin, le porte-parole qualifie les affirmations de « lucubrations » de personnes en quête de sensation et sans enquête. Cependant, il est essentiel de mener des investigations indépendantes et approfondies pour évaluer la véracité des allégations, plutôt que de simplement les rejeter sans examen objectif.

Dans l’ensemble, pour se faire une opinion éclairée sur la question, il est nécessaire de rechercher des informations supplémentaires provenant de sources fiables et indépendantes, de consulter d’autres médias et de tenir compte du contexte plus large de la situation sécuritaire dans la région.

——————  ENCADRE  ———————–

LA DECLARATION DU PORTE-PAROLE DU GOUVERNEMENT

Il circule sur les réseaux sociaux un enregistrement audio de l’émission « Revue de Presse Africaine » de la Radio France Internationale (RFI) du mardi 26 septembre 2023.

Dans cet élément audio, le journaliste Frédéric COUTEAU a rapporté un prétendu site d’information dit « Mourya Niger » selon lequel une base militaire française serait en construction proche de la ville de Kandi et s’apprêterait à accueillir les troupes françaises dont le retrait progressif du Niger est annoncé.

Ledit site ajoute que même si le Gouvernement du Bénin tente de démentir l’information, il reconnaît tout de même qu’il y a à Kandi des instructeurs Français et Belges dans le cadre la lutte contre les groupes terroristes qui tentent de s’implanter dans les pays côtiers dont le Bénin.

Je tiens à préciser que s’il est constant que j’ai affirmé, en temps utile, que nous bénéficions de l’appui d’instructeurs Français, Belges et Américains notamment, aucune base militaire française n’est en construction dans notre pays, et davantage pas dans le département de l’Alibori.

Par ailleurs, il est de notoriété que les instructeurs Français et Belges dont il s’agit, sont repartis depuis plus de six (06) mois que leur mission s’est achevée.

En clair, il s’agit d’élucubrations de gens en quête de sensation et qui sans aucune enquête, s’autorisent des affirmations sans fondement.

Wilfried Léandre HOUNGBÉDJI

Porte-parole du Gouvernement

https://bit.ly/3RCeGqH

Articles Similaires

A l’école de la capture du dividende démographique/Swedd-Bénin  renforce 75 acteurs des médias

Joseph Perzo

Violences post-électorales/Répression de l’opposition sous Patrice Talon : Le sauve qui peut

La dépêche Info

Mise en garde du procureur près le Tribunal d’Abomey-Calavi/Les médias sans existence légale, visés

Joseph Perzo

Laissez un commentaire